Irrégularités de StopCovid : je saisis le secrétaire d’État au Numérique

Marie-France Lorho a interrogé le secrétaire d’État chargé au numérique sur les irrégularités soulevées par l’application StopCovid.

” Un chercheur de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique avait souligné en juin que « tous les contacts croisés pendant les quatorze derniers jours » sont envoyés au serveur central hébergeant les données liées à StopCovid. “StopCovid envoie donc une grande quantité de données au serveur qui n’a pas d’intérêt pour tracer la propagation du virus, mais qui pose un vrai danger pour la vie privée“, avait souligné le chercheur.

Le député a demandé au ministre quelles dispositions comptait-t-il “prendre vis-à-vis des failles de StopCovid révélées par l’Inria et la CNIL ? Monsieur le Secrétaire d’Etat fera-t-il part des solutions mises en œuvre de manière transparente ?

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au secrétaire d’Etat au numérique.

EPSON MFP image

Discothèques : une mise à mort programmée par le gouvernement !

Marie-France Lorho a interpellé le ministre de la Culture sur le traitement dont les discothèques faisaient l’objet à l’occasion de la menace d’un retour de la crise sanitaire.

Pendant la saison estivale, ces établissements assurent entre 60 et 70 % de leur chiffre d’affaires ; alors que les restaurants, les salles de sport, …, sont rouvertes, il semble surprenant que les discothèques fassent l’objet d’un tel traitement distinct“, a souligné le député de Vaucluse.

Cette disparité de traitement se manifeste notamment par l’interdiction faite à ces établissements de rouvrir leurs portes pour proposer une activité de bar en substitution. L’absence de possibilités, pour ces établissements, de perpétuer les emplois de leur personnel de cette manière est incompréhensible, alors même que les bars restaurants peuvent l’exercer“, a-t-elle ajouté.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au ministre de la Culture.

EPSON MFP image

Musées en danger : j’interpelle le ministre de la Culture !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la culture sur la perte de recettes à laquelle doivent faire face certains musées français à la suite de la crise sanitaire. Les musées français, quelle que soit la nature de leur statut, ont vivement souffert de la crise sanitaire.

Récemment, c’est le musée Rodin qui a annoncé faire l’objet de restrictions budgétaires sans précédent. Pour compenser ses pertes financières, ce musée – qui s’autofinance par sa billetterie et reçoit des visiteurs essentiellement étrangers et devrait perdre cette année près de 3 millions d’euros – devra vendre certains des bronzes dont il est garant en qualité d’ayant droit et de gérant de l’œuvre du sculpteur. Le directeur de cette institution n’a d’autre choix que de se tourner vers des galeries, notamment des galeries étrangères, pour vendre ses propres collections. Cette fuite des collections françaises à l’étranger est aussi insupportable que la cession d’œuvres issues d’une institution culturelle garante d’un trésor patrimonial français.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Stop Covid : un bilan catastrophique !

Marie-France Lorho a interrogé le secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique, sur le bilan de l’application « Stop Covid ».

Le 23 juin 2020, M. le ministre annonçait que, depuis son lancement, l’application « Stop Covid » n’avait permis de signaler que quatorze cas. À ce jour, seules soixante-huit personnes auraient utilisé cette application. En dépit de l’absence d’utilisation de cette application, M. le ministre en souligne l’utilité. Or il affirmait en commission des lois quelques mois plus tôt que l’efficacité de cet outil allait de pair avec un téléchargement massif de l’application. M. le ministre peut-il expliquer quelles nouvelles dispositions lui permettent de soutenir cette assertion à première vue contradictoire ?” a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Manifestations : la grande cacophonie du gouvernement !

Marie-France Lorho a interrogé le Premier ministre sur les ordres paradoxales donnés par le gouvernement concernant les autorisations et interdictions de réunions dans l’espace public.

Face à toutes ces manifestations réunissant de nombreuses personnes sans respecter les conditions de sécurité sanitaires, le gouvernement semble donc adopter une posture aléatoire, adaptant les autorisations et interdictions de rassemblements au gré des situations. Une attitude d’autant plus regrettable qu’il vient d’être voté à l’Assemblée nationale un projet de loi permettant de proroger l’état d’urgence sanitaire à tout moment, jusqu’au mois de novembre prochain. Ce faisant, le gouvernement s’assure la possibilité de procéder à un potentiel nouveau confinement intempestif tout en autorisant, de manière aléatoire, des rassemblements susceptibles d’être vecteurs de la pandémie”, a souligné le député de Vaucluse au Premier ministre. 

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Edouard Philippe.


“Fin” de l’état d’urgence : un projet de loi hypocrite !

Marie-France LORHO est intervenue en Séance pour dénoncer l’hypocrisie du projet de loi sur la “fin” de l’état d’urgence. “Ce texte organise moins la fin de l’état d’urgence sanitaire qu’il ne confère au gouvernement toutes les prérogatives pour prolonger une situation exceptionnelle. Sous couvert d’amorcer la fin de l’état d’urgence, ce texte ne fait qu’annoncer sa prolongation !“, a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LOHRO.

https://youtu.be/YV62_qwLEhs

Évènementiel : quelles solutions pour les autoentrepreneurs affectés par la crise ?

Marie-France Lorho a interrogé le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur l’impact de la crise sanitaire sur le secteur de l’évènementiel. “Ce secteur a été particulièrement affecté par la crise sanitaire ; depuis près de trois mois, ce domaine est à l’arrêt et de nombreuses entreprises vont être contraintes de mettre la clef sous la porte. En dépit des dernières dispositions gouvernementales, les professionnels de ce secteur s’inquiètent sur différents points”, a-t-elle souligné.

Les conditions d’accès du Fonds de solidarité territorial doivent être harmonisées : quoiqu’il soit nécessaire d’adapter le versement de ces aides à l’offre présente sur le territoire, les disparités de traitement régionales concernant cet accès ne sont pas équitables “, a notamment souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Jean-Baptiste Lemoyne.

EPSON MFP image

Campings : pour une réouverture effective dès le 2 juin !

    Marie-France Lorho a interrogé Jean-Baptiste Lemoyne sur la date et les modalités de réouverture des campings.

Les gérants des campings œuvrent partout en France pour mener l’accueil de leurs publics à bien ; la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air a d’ailleurs proposé un protocole sanitaire afin d’assurer la réouverture des campings dans les meilleures conditions possibles“, a souligné le député de Vaucluse. “Ces entrepreneurs, qui mettent tout en oeuvre pour assurer la sécurité de leur clientèle comme celle de leurs personnels, espèrent vivement que leurs outils de travail puissent faire l’objet d’une réouverture dès le 2 juin“, a-t-elle ajouté.

     ” Quel regard monsieur le ministre va-t-il porter sur la reprise de l’activité des campings à compter du 2 juin prochain ? ” a-t-elle demandé au ministre.

Retrouvez la lettre de Marie-France Lorho à Jean-Baptiste Lemoyne.

Primes pour les professionnels du corps médical : le privé laissé pour compte ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la santé et des solidarités sur la prime dont allait bénéficier la filière privée du corps médical, qui a oeuvré, au même titre que les soignants des hôpitaux publics, à lutter contre la crise sanitaire.

Parce qu’ils ont largement contribué à l’effort général, en ayant pris en charge de nombreuses personnes atteintes du Covid-19 et en ayant assuré la continuité des urgences de patients en risque vital, les établissements privés à but non lucratif méritent tout autant de bénéficier d’un traitement équitable à celui d’un hôpital public avec lequel ils ont d’ailleurs collaboré. Il serait particulièrement malvenu que le statut des établissements de soins constitue un critère d’élection quant à la reconnaissance légitime du mérite des personnels soignants”, a souligné le député de Vaucluse. 

Retrouvez la lettre de Marie-France Lorho au Ministre de la santé et des solidarités.

EHPAD : le traitement des personnes âgées durant la crise sanitaire en question

A l’occasion de la crise sanitaire, le traitement des personnes âgées en EHPAD a fait l’objet de nombreuses questions alarmantes. Alors que les personnes âgées de plus de 75 ans se sont révélées comme les plus fragiles face à cette crise sanitaire sans précédent, constituant près de 71 % du taux total des morts en France, le traitement dont certains résidents en Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ont fait l’objet semble avoir aggravé leur haute potentialité de mortalité.

Certains membres du personnel hospitalier et des personnels des Ehpad ont fait part, par voie médiatique, de faits dramatiques concernant le traitement des personnes âgées en Ehpad. Jusqu’à la dernière semaine du mois de mars, certains centres de régulation du Samu ont refusé l’hospitalisation d’un nombre important de résidents d’Ehpad. Un délégué syndical d’un groupe d’établissements de santé privés concède ainsi que dans « beaucoup de nos établissements, le Samu ne venait plus ». Faute d’hospitalisation, de nombreuses personnes âgées ont vraisemblablement péri dans leur résidence. D’autres indiquent que le « 15 a refusé d’hospitaliser [leurs] résidents à de très nombreuses reprises ». Certains médecins ont même indiqué qu’il était pris en compte l’état de dépendance des personnes âgées pour l’admission aux urgences.

Face à ces accusations d’une extrême gravité, Marie-France Lorho a déposé une proposition de résolution visant à ouvrir une commission d’enquête chargée d’évaluer le traitement dont les personnes âgées dans les Ehpad ont fait l’objet pendant la crise sanitaire du covid‑19. « L’objet de cette proposition de résolution […] est de déterminer si les personnes résidant en Ehpad ont bénéficié d’un traitement particulier à l’occasion de la crise et si le facteur de leur âge a été déterminant dans l’absence de leur prise en charge dans les services hospitaliers », a souligné le député de Vaucluse. Parce que nos Anciens ont été les premières victimes de cette crise sanitaire dramatique, il est indispensable de faire toute la lumière sur le traitement dont ils ont fait l’objet à l’occasion de la crise sanitaire. 

Retrouvez la proposition de résolution de Marie-France LORHO.