Marie-France

Lorho

Député de 

Vaucluse

Marie-France

Lorho

Russie-Ukraine : la France a-t-elle abandonné toute diplomatie ?

C’est une guerre fratricide que se livrent nos frères européens : les attaques menées par la Russie contre l’Ukraine sont un drame pour ces deux nations et constituent une grande défaite de la diplomatie française. Mains liées par son implication dans l’OTAN, la France ne pourra jouer le rôle d’intercesseur qu’elle devrait tenir. Au lieu de s’imposer comme un intermédiaire appelant à la paix, le gouvernement français a insulté l’Etat russe, qualifiant les discours présidentiels de paranoïaques.

Il n’est ici nulle question de prendre parti pour les deux entités belligérantes, qui portent leur part de responsabilités respectives. En ne respectant pas les accords de Minsk, l’Ukraine a bafoué ses engagements ; en attaquant le territoire ukrainien, la Russie a brisé la souveraineté nationale de l’Ukraine. Or, la France entretint par le passé des rapports féconds avec ces deux nations : avec Anne de Kiev, Reine des Francs, notre Histoire nous lie à l’Ukraine dès le XIe siècle. La Russie fut quant à elle un interlocuteur privilégié depuis les règnes de Pierre le Grand, Elisabeth Ière jusqu’à la Triple Entente.

Où est passé la diplomatie française dans ce conflit ? La servilité avec laquelle notre gouvernement a suivi les injonctions américaines a de quoi faire pâlir la discipline… Nier le rôle d’intercesseur français pour lancer des sanctions contre la Russie va nous coûter cher : les anathèmes lancés contre cet Etat vont engendrer une chute de nos exportations, notamment chez nos éleveurs déjà durement affectés par la crise sanitaire. Elles engendreront une explosion du prix du gaz à l’heure où l’Etat signe des « chèques énergie » pour permettre aux Français de se chauffer. Nous risquons tous de payer cette déplorable absence de sens diplomatique !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux !

Facebook
Twitter
Telegram
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.