Réaction de Marie-France Lorho à l’interdiction de sa réunion publique par le maire de Mornas

Hier, le 27 mars 2018, Monsieur Denis Dussargues, maire mélenchoniste de Mornas appelait mon secrétariat en circonscription pour m’informer qu’il annulait la mise à disposition de la salle des Fêtes dans laquelle je devais tenir une réunion publique ce vendredi 30 mars.
Par téléphone, le grief du maire est simple : cette réunion publique revêtirait un caractère politique…  Sans doute découvre-t-il aujourd’hui que Jacques Bompard et moi-même avons réuni les suffrages de 53,34% des inscrits le 18 juin 2017 sur la commune de Mornas… Découvre-t-il également qu’un député fait de la politique ?
Bien évidemment en tant que député, je tenais à m’entretenir avec les Mornassiens des enjeux politiques qui frappent notre pays : Invasion migratoire, Terrorisme islamiste, explosion de la fiscalité, destruction de l’emploi, de notre agriculture, de notre armée et de notre système de soin (dont Mornas est victime depuis de nombreuses années) et des solutions que la Ligue du Sud souhaite apporter ou que je propose dans le cadre des travaux parlementaires.

Continuer la lecture

État des sols : un rapport fait état d’une catastrophe planétaire !

Marie-France LORHO a interrogé le ministre de l’Écologie sur l’état des sols. « Pratiques agro-écologiques, avec une décélération de l’usage systématique des pesticides, la revalorisation des prix des produits agricoles en tenant compte des coûts écologiques de leur production ou la réévaluation de la valeur des sols dans la planification urbaine, constituent quelques pistes de réflexion », a-t-il souligné au ministre.

Retrouvez la lettre ouverte de Mme Lorho au Ministre.

Les Maldives en proie à l’islam salafiste !

Marie-France Lorho a interrogé M. le ministre des Affaires étrangères sur la progression de l’islam salafiste dans les Maldives. « Il est essentiel d’éviter l’expansion de cet islam de la charia en un pays qui dispose de telles voies de communication et qui, fort de son indépendance économique, risque de jouir d’une impunité totale dans ses exactions. Quelle sera la position du Quai d’Orsay à ce sujet ? », a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho.

Il faut lever les sanctions à l’encontre de la Russie

Marie-France LORHO a écrit au ministre de l’Economie et des Finances sur l’utilité des sanctions prononcées à l’égard de la Russie. « La Belgique intensifie ses relations commerciales avec la Russie dans la filière brassicole et l’industrie chimique. La France va-t-elle considérer la levée des sanctions contre la Russie comme une possibilité ou s’échiner à maintenir des sanctions dont le ministre de l’Industrie et du Commerce russe indique non sans quelque ironie que la « Russie a tout intérêt à leur renouvellement » ? a-t-elle demandé.

Retrouvez la lettre ouverte de Mme le député à M. Bruno le Maire.

Bayer – Monsanto : le mariage incestueux cautionné par la Commission Européenne !

C’est un accord désastreux entre deux géants de l’agrochimie, qui vont désormais contrôler plus d’un quart du marché mondial des semences et pesticides. La Commission Européenne vient de donner son aval pour la fusion entre l’allemand Bayer et le géant des pesticides Monsanto, dont le coût approche les 56 milliards d’euros. Les deux groupes sont pourtant dotés d’une réputation assombrie de polémiques ; promoteur de Gaucho, Bayer est accusé d’avoir produit un insecticide dont la particularité est de tuer les abeilles. Quant à Monsanto, son célèbre Roundup est un « cancérogène probable », dont la dangerosité varie au gré des relations du groupe agrochimique avec les autorités chargées d’examiner la toxicité des produits à l’échelle européenne.

« Le secteur agricole est déjà trop concentré, ce qui donne à une poignée de grandes entreprises une mainmise sur la production alimentaire, déplorait mercredi Bart Staes, porte-parole des Verts au Parlement Européen. La fusion de deux des plus grands acteurs ne fait qu’aggraver la situation ». Le monopole auquel aspirent les deux géants est malsain, en ce qu’il risque d’annihiler tout recours à des entreprises plus modestes et dont la qualité des produits n’aura que peu à voir avec les semences trafiquées et les pesticides toxiques pour l’homme que sont parfois accusés de produire Bayer comme Monsanto.

Sommets après sommets, réunions après réunions, la Commission Européenne l’assure : elle n’a qu’un objectif, celui de la préservation de l’environnement et du respect de l’écologie. En donnant son feu vert à la fusion de Monsanto et Bayer, elle prouve une fois de plus sa grande complicité avec les géants agrochimiques pollueurs qui jouent les bons élèves en donnant quelques gages de bonne volonté. « Nous avons autorisé le projet de rachat de Monsanto par Bayer parce que les mesures correctives proposées par les partis répondent pleinement à nos préoccupations en matière de concurrence », se dédouanait Mme Margrethe VESTAGER, commissaire européen à la Concurrence. Que ces entreprises cèdent leurs parts à coups de milliards d’euros à ses compatriotes n’est pourtant qu’un leurre grossier ; car une fois constituée, la fusion représentera un marché au résultat net de 9.14 milliards d’euros[1], écrasant par là-même toute potentielle émergence d’un marché alternatif.

Initialement prévu pour la fin de l’année 2017, le rachat devrait se produire avant le deuxième trimestre de l’année 2018. Mais la fusion reste suspendue à l’accord des autorités américaines, qui voit d’un œil méfiant le rachat par un nouveau monstre européen d’une officine qui réalise près de 80% de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord et du Sud. Alors que la Commission Européenne ouvre sciemment ses portes à un mastodonte, il n’y a plus qu’à espérer que les autorités américaines mettent leur véto sur cette fusion désastreuse pour nos agriculteurs français !

[1] Si l’on cumule les résultats nets 2017 de Bayer (7.34 milliards) et Monsanto (1.8 milliards) conjoints.

Secret des affaires et presse : une relation biaisée !

En commission des lois, Marie-France Lorho est revenue sur la transposition européenne concernant le secret des affaires : « Nous savons qu’en France le marché des médias est largement oligopolistique. Ce n’est pas la concurrence qui brille entre les propriétaires de journaux et de télévision, sans y ajouter la question explosive des aides à la presse. Tout cela ne peut que brouiller l’exercice du droit à l’information : un journaliste agissant dans un organe contraint par des contrats publicitaires, des actionnaires intéressés et des aides d’ETAT voit son rapport au secret des affaires largement biaisé' », a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

https://youtu.be/39osN5rRm4k

Programmation militaire : il faut changer de stratégie militaire !

En séance, Marie-France Lorho a appelé au changement de stratégie de l’Etat français quant à son regard sur le Proche-Orient. ‘‘A Afrin les Turcs combattent des forces kurdes qui furent partiellement formées par les Etats-Unis et d’autres membres de l’OTAN. Il y a un conflit ouvert entre deux puissance de l’OTAN à 5 heures d’avion de Paris« , a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

https://youtu.be/5uFJ46a1w3M

Programmation militaire : quel coût pour une intervention au Proche-Orient?

Marie-France LORHO est intervenue en séance sur la loi de programmation militaire. « Je veux simplement poser une question simple : cette loi de programmation militaire a-t-elle été rédigée avec en tête une possible intervention de la France en Syrie ailleurs qu’à la frontière irakienne ? Anticipe-t-elle les coûts importants qu’engendrerait une telle opération ? », a-t-elle demandé.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO en Séance.

https://youtu.be/4b2IBQwYkPU

Fonction publique : réformons la place des hauts fonctionnaires !

Marie-France Lorho interrogeait M. Olivier DUSSOPT, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.« Il existe une partie de la fonction publique où une telle réforme intéresserait particulièrement les Français, c’est celle des hauts fonctionnaires. Sans verser dans une critique catégorique, il apparaitrait naturel que les exigences des parlementaires s’adressent prioritairement à ceux qui, grâce à leurs études et à leurs fonctions, sont dans un rôle de responsabilité », a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

 

https://youtu.be/vcibcJBtcEk

Le gouvernement assassine le bénévolat !

L’arrêté est tombé. Le 25 janvier dernier, le décret du Ministère de la Culture relatif à la « participation d’amateurs à des représentations d’une œuvre de l’esprit dans un cadre lucratif » était mis en œuvre. Rue de Valois, on explique que la décision vise à protéger les artistes salariés et mettre fin aux contentieux juridiques qui entourent trop souvent le statut des amateurs. Hélas, le texte signe la fin de manifestations culturelles à succès dans nos villages…

Limitant le recours aux bénévoles à cinq représentations, l’arrêté prononce ainsi la mort des représentations estivales de l’Association Castillon 1453, qui offre chaque année à ses spectateurs girondins une fresque historique depuis près de quarante ans et qui ne pourra se plier à toutes les contraintes exigées par le ministère le plus silencieux du gouvernement. Les démarches demandées aux associations seront considérablement alourdies : la procuration de la liste de bénévoles deux mois avant les représentations par l’intermédiaire d’une télé-déclaration en est le parfait exemple, qui vient projeter une ombre menaçante sur le caractère spontané de l’aide volontaire que ces nombreux amateurs souhaitent offrir à ces évènements…

A raison, Philippe de Villiers, créateur du Puy du Fou, qualifie la décision ministérielle de « démarche liberticide » qui met le bénévolat « en liberté conditionnelle ». Et de fait, avec plusieurs milliers de bénévoles, comment se satisfaire d’une disposition qui, sous couvert d’encadrement, fait plier les associations sous une foule de contraintes administratives visant notamment à faire pointer tous les soirs par télétransmission chaque bénévole ?

En qualité de membre du groupe d’études Vie Associative et Bénévolat, je m’insurge des contraintes administratives qu’engendre ce décret qui ne fera que freiner les initiatives de ces associations locales d’un dynamisme si essentiel à la vitalité de nos territoires. Encadrer de telle manière le bénévolat ne revient en rien à protéger l’amateur qui s’y employait de manière volontaire. A l’inverse, ce nouveau décret revient à contrôler de manière oppressante toute structure échappant aux officines gouvernementales, à faire taire toute manifestation culturelle originale échappant aux médiocrités subventionnées par le portefeuille de la Rue de Valois.