Marie-France

Lorho

Député de 

Vaucluse

Marie-France

Lorho

Obligation vaccinale : l’ultime mensonge du gouvernement !

C’était une étape que le gouvernement avait juré ne jamais franchir : « Je l’ai dit, je le répète : le vaccin ne sera pas obligatoire. Ayons confiance en nos chercheurs et médecins », écrivait Emmanuel Macron le 27 décembre dernier. « Le Pass sanitaire ne pourra pas concerner les actes du quotidien, expliquait un député de la majorité à l’occasion de l’examen sur la loi sur l’état d’urgence sanitaire. Une inscription « noir sur blanc » dans la loi protectrice des droits et libertés de nos concitoyens ». Hier soir, le président de la République a contredit plusieurs mois de déclarations grandiloquentes aussi démagogiques que mensongères.

En étendant le pass sanitaire à de nombreuses catégories de lieux recevant du public, il a rendu l’obligation vaccinale tacite, contredisant les recommandations mêmes de l’Organisation mondiale de la santé qui y reste opposée. En obligeant l’évaluation du pass sanitaire, le gouvernement systématise le recours aux contrôles d’identité. En étendant une telle obligation vaccinale, le chef du gouvernement oblige les Français à être vacciné alors même que le vaccin n’empêche ni de contracter la maladie, ni de la transmettre… En empêchant le corps médical d’exercer son métier s’il ne veut se soumettre à un vaccin dont le temps n’a pas prouvé l’efficacité, le gouvernement s’oriente vers une politique punitive aussi infantilisante qu’insupportable. Au lieu de multiplier les places en réanimation, le gouvernement préfère contraindre le personnel médical.

En avril dernier, le Garde des Sceaux expliquait au micro d’une grande radio que les « détenus ne sont pas des cobayes ! Ils ont le droit de refuser la vaccination. C’est une question de dignité ! ». Il faut laisser aux français le choix de se faire inoculer ou non une telle substance. Sans être hostile à un vaccin auquel j’ai d’ailleurs eu recours, je m’élève formellement contre cette obligation vaccinale qui ne dit pas son nom, qui constitue non seulement un mensonge fait aux Français sur le respect de leurs libertés mais une nouvelle hypocrisie d’un gouvernement ivre de son pouvoir.    

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *