Manifestations : la grande cacophonie du gouvernement !

Marie-France Lorho a interrogé le Premier ministre sur les ordres paradoxales donnés par le gouvernement concernant les autorisations et interdictions de réunions dans l’espace public.

Face à toutes ces manifestations réunissant de nombreuses personnes sans respecter les conditions de sécurité sanitaires, le gouvernement semble donc adopter une posture aléatoire, adaptant les autorisations et interdictions de rassemblements au gré des situations. Une attitude d’autant plus regrettable qu’il vient d’être voté à l’Assemblée nationale un projet de loi permettant de proroger l’état d’urgence sanitaire à tout moment, jusqu’au mois de novembre prochain. Ce faisant, le gouvernement s’assure la possibilité de procéder à un potentiel nouveau confinement intempestif tout en autorisant, de manière aléatoire, des rassemblements susceptibles d’être vecteurs de la pandémie”, a souligné le député de Vaucluse au Premier ministre. 

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Edouard Philippe.


« Fin » de l’état d’urgence : une prolongation de l’état d’exception qui ne dit pas son nom !

En séance mercredi, l’Assemblée nationale examinait le texte visant à organiser la fin de l’état d’urgence sanitaire. Un intitulé qui résume mal les dessous du projet de loi : car sous couvert d’amorcer la sortie d’un état exceptionnel, offrant des multitudes de prérogatives à l’Etat, c’est bien à la prorogation de l’état d’urgence qu’invitait un tel texte. 

Marie-France Lorho s’est opposée à un projet de loi dont elle a souligné toute l’hypocrisie : « sous couvert d’amorcer la fin de l’état d’urgence, ce texte laisse entrevoir la possibilité d’une prolongation de celui-ci jusqu’au mois de novembre. Cette capacité potentielle du gouvernement à mettre en œuvre une série de dispositions spéciales qu’il renouvelle lorsque cela lui sied n’est pas saine et ouvre la voie à la restriction des libertés fondamentales dont espèrent encore bénéficier les Français », a souligné le député de Vaucluse dans l’un de ses amendements. 

Le député s’est également alarmé des approximations faites au sein du projet de loi et dénoncé les restrictions appliquées aux lieux de réunion qui y étaient proposées. Soulignant les graves atteintes au libre exercice du culte catholique à l’occasion du confinement, Marie-France Lorho a souligné que la désignation floue des « lieux de réunion » avait « ainsi permis au gouvernement de réglementer l’ouverture ou la fermeture des lieux de culte [et qu’il en était] résulté une violation de l’exercice du culte et de la liberté religieuse inquiétante et sans précédent ». 

En dépit des inquiétudes légitimes des Français, aucun état d’urgence sanitaire ne saurait valoir l’installation d’un état de surveillance généralisée et une telle restriction des libertés fondamentales des Français, notamment celle d’exercer leur culte. La récession terrible dans laquelle la France va être plongée ne saurait se voir accentuée ! C’est à ce titre que Marie-France Lorho a tenu à voter à l’encontre de ce projet de loi. 

Campings : pour une réouverture effective dès le 2 juin !

    Marie-France Lorho a interrogé Jean-Baptiste Lemoyne sur la date et les modalités de réouverture des campings.

Les gérants des campings œuvrent partout en France pour mener l’accueil de leurs publics à bien ; la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air a d’ailleurs proposé un protocole sanitaire afin d’assurer la réouverture des campings dans les meilleures conditions possibles“, a souligné le député de Vaucluse. “Ces entrepreneurs, qui mettent tout en oeuvre pour assurer la sécurité de leur clientèle comme celle de leurs personnels, espèrent vivement que leurs outils de travail puissent faire l’objet d’une réouverture dès le 2 juin“, a-t-elle ajouté.

     ” Quel regard monsieur le ministre va-t-il porter sur la reprise de l’activité des campings à compter du 2 juin prochain ? ” a-t-elle demandé au ministre.

Retrouvez la lettre de Marie-France Lorho à Jean-Baptiste Lemoyne.

Primes pour les professionnels du corps médical : le privé laissé pour compte ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la santé et des solidarités sur la prime dont allait bénéficier la filière privée du corps médical, qui a oeuvré, au même titre que les soignants des hôpitaux publics, à lutter contre la crise sanitaire.

Parce qu’ils ont largement contribué à l’effort général, en ayant pris en charge de nombreuses personnes atteintes du Covid-19 et en ayant assuré la continuité des urgences de patients en risque vital, les établissements privés à but non lucratif méritent tout autant de bénéficier d’un traitement équitable à celui d’un hôpital public avec lequel ils ont d’ailleurs collaboré. Il serait particulièrement malvenu que le statut des établissements de soins constitue un critère d’élection quant à la reconnaissance légitime du mérite des personnels soignants”, a souligné le député de Vaucluse. 

Retrouvez la lettre de Marie-France Lorho au Ministre de la santé et des solidarités.

EHPAD : le traitement des personnes âgées durant la crise sanitaire en question

A l’occasion de la crise sanitaire, le traitement des personnes âgées en EHPAD a fait l’objet de nombreuses questions alarmantes. Alors que les personnes âgées de plus de 75 ans se sont révélées comme les plus fragiles face à cette crise sanitaire sans précédent, constituant près de 71 % du taux total des morts en France, le traitement dont certains résidents en Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ont fait l’objet semble avoir aggravé leur haute potentialité de mortalité.

Certains membres du personnel hospitalier et des personnels des Ehpad ont fait part, par voie médiatique, de faits dramatiques concernant le traitement des personnes âgées en Ehpad. Jusqu’à la dernière semaine du mois de mars, certains centres de régulation du Samu ont refusé l’hospitalisation d’un nombre important de résidents d’Ehpad. Un délégué syndical d’un groupe d’établissements de santé privés concède ainsi que dans « beaucoup de nos établissements, le Samu ne venait plus ». Faute d’hospitalisation, de nombreuses personnes âgées ont vraisemblablement péri dans leur résidence. D’autres indiquent que le « 15 a refusé d’hospitaliser [leurs] résidents à de très nombreuses reprises ». Certains médecins ont même indiqué qu’il était pris en compte l’état de dépendance des personnes âgées pour l’admission aux urgences.

Face à ces accusations d’une extrême gravité, Marie-France Lorho a déposé une proposition de résolution visant à ouvrir une commission d’enquête chargée d’évaluer le traitement dont les personnes âgées dans les Ehpad ont fait l’objet pendant la crise sanitaire du covid‑19. « L’objet de cette proposition de résolution […] est de déterminer si les personnes résidant en Ehpad ont bénéficié d’un traitement particulier à l’occasion de la crise et si le facteur de leur âge a été déterminant dans l’absence de leur prise en charge dans les services hospitaliers », a souligné le député de Vaucluse. Parce que nos Anciens ont été les premières victimes de cette crise sanitaire dramatique, il est indispensable de faire toute la lumière sur le traitement dont ils ont fait l’objet à l’occasion de la crise sanitaire. 

Retrouvez la proposition de résolution de Marie-France LORHO.

La filière fromagère en danger !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Agriculture sur la situation de la filière des fromages à l’occasion de la crise sanitaire. “La filière de la production de fromages traverse, depuis le début de la crise sanitaire, une situation particulièrement délicate. Ce sont près de 19 000 éleveurs et 1 300 producteurs fermiers qui ont été pris de court face aux mesures d’urgence“, a souligné le député de Vaucluse. 


La répartition équitable de l’aide au stockage privé pour les fermiers et les PME, l’obtention d’une aide directe aux producteurs de lait et fermier gravement affectés par la crise et l’indemnisation des pertes par l’usage d’exonération fiscale pourraient permettent aux exploitants durement touchés de compenser leurs pertes“, a-t-elle ajouté.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Didier Guillaume.

L’immigration illégale explose !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur le dysfonctionnement de la gestion de l’immigration en France. Un récent rapport de la Cour des comptes a révélé les dysfonctionnements des différentes étapes de la gestion des flux migratoires en France. 

Le député de Vaucluse s’interroge sur l’absence de mesures prises face à la croissance de l’immigration illégale. « 154 620 demandes d’asile ont été enregistrées [en 2019], explique la Cour des Comptes, plaçant la France dans la fourchette haute des pays de l’Union européenne et son système d’asile sous forte tension ». Face à la tension que rencontrent les officines de traitement de l’immigration, le taux de refus de renouvellement des titres de séjour est d’1 % à peine. 

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Malgré les mesures, le secteur vitivinicole toujours menacé !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Economie et des finances sur la réunion organisée avec les membres de la filière vitivinicole. Les professionnels de ce domaine alertent sur l’insuffisance des dispositions proposées par le Gouvernement.

Ce secteur particulier de la culture française mérite d’être soutenu non seulement parce qu’il constitue un véritable joyau de la gastronomie française mais aussi parce qu’il génère de nombreux emplois. La filière vitivinicole est à l’origine de 600 000 emplois dans les territoires ruraux et génère 12 milliards d’euros à l’export “, a souligné le député de Vaucluse. 

” Les professionnels de ce secteur souhaiteraient obtenir une réponse sur le fonds de compensation lié à l’application de taxes par les USA sur les vins français, sujet sur lequel je vous alerte depuis plusieurs mois et à propos duquel notre groupe d’études à l’Assemblée nationale Vin, vigne, oenologie vous a également écrit “, a ajouté Marie-France Lorho.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au ministre de l’Economie.



Allocations pour les demandeurs d’asile : ma demande de leur suppression de prolongement adoptée !

Très satisfaite que mes amendements sur le prolongement du versement des allocations pour les demandeurs d’asile aient été adoptés en Séance.

La France connaît une crise économique sans précédent et entre en récession, il n’est pas souhaitable de prolonger le versement des allocations pour les demandeurs d’asile, comme l’a expliqué Emmanuelle Ménard, défendant en mon nom (et je l’en remercie) cet amendement.

S’il s’agit bien sûr d’un aimable quiproquo, puisque le Gouvernement reviendra par la suite sur cette question, cette adoption symbolique est pour le moins burlesque !

Retrouvez l’intervention d’Emmanuelle Ménard pour Marie-France Lorho.

Les prisons à l’épreuve à un retour massif des peines carcérales !

En Commission des lois, Marie-France Lorho a interrogé le Garde des Sceaux sur la maîtrise de la population carcérale par un ministère de la justice qui devra faire face demain à un retour massif des peines carcérales.

Alors que le contrôleur général des prisons, Madame Adeline Hazan, s’est félicitée que le taux d’occupation des prisons soit passé sous la barre des 100 %. Le ministre a appelé elle-même à “maîtriser la pression carcérale […] pour éviter un rebond épidémique en détention“. 

Or, avec le déconfinement, l’activité pénale va reprendre. “Quels dispositifs comptez-vous mettre en oeuvre pour conjuguer maîtrise de la pression carcérale et application effective de la peine carcérale prononcée par l’autorité judiciaire ?“, a demandé le député de Vaucluse.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho en Commission des lois.

La réponse du Ministre laisse circonspect : elle appelle ni plus ni moins à un recours massif à l’aménagement des peines… Faisant le choix de privilégier la réinsertion sur la sanction, le Garde des Sceaux propose des dispositions particulièrement laxistes, comme une fin de la peine passée à domicile… L’inversion totale des valeurs dans le domaine judiciaire bat son plein ! 

Retrouvez la réponse du Garde des Sceaux.