Marie-France

Lorho

Député de 

Vaucluse

Marie-France

Lorho

Vincent Lambert : l’arrêt des soins, tremplin pour la légalisation de l’euthanasie !

Le 24 avril 2019, le Conseil d’Etat jugeait légale la décision du Tribunal Administratif de Châlons-en-Champagne concernant l’arrêt des soins (nutrition et hydratation) de Monsieur Vincent Lambert.

Le 1er mai 2019, la Cour européenne des droits de l’Homme se prononçait favorable à cet arrêt des soins.

Le 5 mai 2019, le Comité international des droits des personnes handicapées de l’ONU demandait à la France de suspendre toute décision d’arrêt des soins.

Pourtant, le médecin qui s’occupe de Vincent Lambert a annoncé récemment qu’il arrêtait la nutrition et l’hydratation le lundi 20 mai. Ce matin, les médecins ont fait cesser toute alimentation de leur patient.

Selon Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, « le cas Vincent Lambert va servir de tremplin pour la légalisation de l’euthanasie » et je rejoins ses propos. En effet, au-delà de l’arrêt des soins, il s’agit de la mise à mort programmée d’une personne au seul motif qu’elle est handicapée.

Dire que Vincent Lambert est en fin de vie est faux et n’a aucun sens. On ne reste pas 10 ans en fin de vie. Pourquoi prendre la décision de tout arrêter maintenant, alors que des centres spécialisés se proposent de l’accueillir ?

Les spécialistes de la santé s’accordent à dire que Monsieur Vincent Lambert n’est pas un homme en fin de vie, bien qu’il soit dépendant à la suite de son accident. Je m’étonne que Monsieur Vincent Lambert n’ait pas été transféré dans un centre qui accueille les personnes en état végétatif ou pauci-relationnel, alors que cela semble envisageable.

Je m’oppose à l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Monsieur Vincent Lambert opérée ce matin et souhaite sincèrement que « l’affaire Vincent Lambert » n’ouvre pas les portes aux dérives de l’euthanasie, appareil de la culture de mort.

Chaque vie mérite d’être vécue et nous avons le devoir de protéger les plus faibles et de les accompagner dignement jusqu’à la fin, vers une mort naturelle. N’oublions pas que la grandeur d’une civilisation se mesure à la façon dont elle traite les plus faibles de ses membres.

Madame Marie-France LORHO

Député du Vaucluse (4ème circonscription du Vaucluse)

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email