Du « passeport » au « pass » sanitaire : quand le gouvernement anéantit nos dernières libertés !

C’est un tour de passe-passe dont la manipulation s’avère si grossière qu’elle s’apparente à une injure faite à l’intelligence des français : jeudi dernier, Emmanuel Macron annonçait préparer la mise en place d’un « pass sanitaire » pour préparer la réouverture des restaurants et lieux culturels fermés. Un dispositif dont le président de la république jure ses grands dieux qu’il n’aura rien à voir avec le passeport vaccinal tant décrié il y a quelques mois. Et pourtant : l’établissement d’un tel instrument risque comme sa version originale d’anéantir les dernières libertés dont jouissent encore les français.

S’il est impossible au gouvernement de conditionner le « pass » sanitaire à la vaccination, faute d’être en mesure de dispenser ce dernier aux populations les plus fragiles, il lui semble en revanche admissible de créer un fichier de suivi des données, inscrivant le moindre de nos mouvements au sein de plateformes numériques destinées à cet effet. A l’heure où la protection des données n’est en aucun cas assurée par des autorités gouvernementales bien en peine de faire adhérer les français l’application Tous anti Covid, on s’étonnera de cette nouvelle prétention liberticide.

Non content de brider les libertés des français, qui ne pourront plus se rendre en une institution culturelle ou au restaurant sans en avoir préalablement demandé la permission au paternel gouvernement, le président de la république aspire ainsi à « organis[er] (sic) nos libertés » dans l’octave de la crise sanitaire. Dans un Etat de droit, il n’existe pas « d’organisation des libertés » à degré variable, introduisant des discriminations entre les personnes qui ne souhaiteraient légitimement pas voir leur moindre mouvement suivi ou se faire vacciner et celles qui le tolèreraient pas… En véritable « petit père des peuples », Emmanuel Macron nous l’annonce : pas de retour à la normale sans vaccin, pas de vie retrouvée sans le suivi de vos données,… C’est pour votre bien !

Covid-19 : une transmission du virus malgré la vaccination ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la santé et des solidarités sur les capacités du vaccin. Alors que monsieur le ministre soulignait, début décembre, qu’il ne « fallait pas confondre vitesse et précipitation », le gouvernement ne semble pas encore connaître l’ensemble des ressorts constituant le vaccin. Or, la transmissibilité ou non de la maladie à l’aide du vaccin conditionne les politiques vaccinales à venir, rendant par là essentielle une connaissance complète de ce phénomène. 

    ” Il est nécessaire d’encourager dans les plus brefs délais la tenue d’une étude permettant de déterminer les potentielles capacités du vaccin à annihiler la transmission du virus ; il est primordial de maîtriser l’ensemble des propriétés de ce remède avant que ne soit opérées les campagnes de vaccination massives prévues d’ici le printemps 2021“, a souligné le député. “Quelles dispositions monsieur le ministre compte-t-il prendre vis-à-vis de ces questions ? ” 

Retrouvez la lettre de Marie-France LORHO à Olivier VERAN.