Langues régionales : pour la préservation des langues de nos terroirs !

Le sujet revient sur le devant de la scène législature après législature : la préservation comme la promotion des langues régionales n’est pas du goût des gouvernements qui nous dirigent. Quinquennat après quinquennat, la défense de ce qui fait la spécificité et l’originalité de nos terroirs attisent de houleux débats, sur la nécessité de protéger un patrimoine immatériel dont il faudrait démontrer l’utilité immédiate. 

En Vaucluse, l’Occitan et son dialecte, le Provençal, est par-delà l’utilité : il est un héritage du passé, une manifestation de cette histoire d’un territoire tant affectionné. Il est un trésor de notre patrimoine, qu’il faut s’enhardir à sauvegarder à une heure où tant de menaces planent au-dessus de sa tête. Comme l’indiquait le député de la 4ème circonscription de Vaucluse dans l’un de ses amendements, « le travail particulièrement rigoureux de nos prédécesseurs pour préserver et enseigner ce dialecte, notamment l’important travail de classification mené par Frédéric Mistral, mérite d’être perpétué. »

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à examiner, ce matin du 8 avril prochain, la proposition de loi visant à promouvoir et sauvegarder les langues régionales, il convient de rappeler l’urgence de le préserver. A la suite des différents examens à la Chambre, le texte a été considérablement amenuisé, réduisant son ambition première ; pour autant, la dernière mouture du texte encourage l’enseignement de nos vocables locaux et doit, en ce sens, être soutenue ! C’est la raison pour laquelle Marie-France Lorho votera pour l’adoption de ce texte en Séance. 

Le secteur vitivinicole en danger : Marie-France Lorho interpelle le ministre de l’Agriculture

Marie-France Lorho a interpelé le ministre de l’Agriculture sur les dangers que rencontrent les professionnels du secteur vitivinicole.

 ” Les professionnels du secteur viticole attirent l’attention du gouvernement sur l’importance de la mise en place d’une exonération des cotisations sociales des exploitants et des charges sociales patronales pour leurs entreprises jusqu’à la fin de l’année 2020 comme de l’établissement d’un fonds de compensation des taxes à 25 % imposées aux exportateurs de vins vers les Etats-Unis depuis octobre 2019.“, a souligné le député de Vaucluse.

    “ Le secteur viticole, qui contribue au rayonnement culturel de notre pays et constitue une part importante de son économie, nécessite d’être soutenu par le Gouvernement pour pouvoir, dès la sortie de crise amorcée, se remettre au travail dans les meilleures conditions possibles“, a-t-elle ajouté.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au Ministre de l’Agriculture.

Mois sans alcool : une atteinte à nos traditions !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la santé sur l’initiative du “mois sans alcool”. En janvier 2020, les services publics entendent lancer un « mois sans alcool ». Cette initiative, qui reprend un dispositif anglo-saxon, est à mille lieues des réalités du territoire français.

La France est une terre viticole, et la promotion de l’abstinence totale d’alcool ne constitue ni plus ni moins que l’envoi d’un message particulièrement péjoratif de votre part, notamment sur le vin, une boisson représentative de notre culture française“, a-t-elle indiqué.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho.

Soyons aux côtés des agriculteurs, piliers de nos terroirs !

L’assemblée nationale discutera jeudi prochain d’une proposition de loi intéressante sur la compétitivité de l’agriculture française.

J’y ai ajouté quelques amendements qui approfondiront le texte, mais j’en soutiens l’inspiration.

Dimanche dernier avait lieu la journée commémorative des agriculteurs suicidés.

Rappelons que le suicide est la troisième cause de mortalité chez les agriculteurs, après les maladies graves qui ne sont pas sans lien avec le stress et les aléas imposés aux exploitants.

Ceux qui travaillent la terre sont les piliers de nos terroirs, nous devons être à leurs côtés.