Francisation des vins espagnols : ce sont nos terroirs qu’on assassine !

Emmanuelle Ménard et Marie-France Lorho ont rédigé une lettre ouverte destinée au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur la problématique de la francisation des vins espagnols. « Les cas de francisation des vins concerneraient au quotidien plus de 70 000 hectolitres de vin, l’équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé », soulignent les députés de l’Hérault et de Vaucluse.

Elles ont ensuite demandé au Ministre : « Vous aviez rencontré, en juillet 2017, votre homologue espagnol afin d’avancer sur ces questions. Une réunion plénière de ce comité devait avoir lieu avant juin 2018, à Madrid. Pouvez-vous nous indiquer, Monsieur le Ministre, si cette réunion a eu lieu et quels en sont les résultats ? Quelles dispositions comptez-vous prendre, Monsieur le Ministre, afin de lutter de manière urgente contre la dénaturation de nos vins et cette concurrence déloyale scandaleuse que subissent nos viticulteurs ? » 

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho et Emmanuelle Ménard à Stéphane Travers.

Guerre des prix : encourageons les circuits courts !

Marie-France Lohro a interrogé Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, sur les dispositions qu’allait prendre le gouvernement dans le cadre de la « guerre des prix ». « S’adapter l’offre à la zone locale semble la meilleure solution à l’encouragement d’un autre mode de consommation et la promotion du travail de nos agriculteurs », a-t-elle notamment souligné.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO au ministre.

Agriculture : mettons en place une « exception agriculturelle » !

Marie-France Lorho a demandé au ministre de l’Agriculture de mettre en œuvre une exception agriculturelle. « L’agriculture française est en péril ; rendre aux exploitations françaises la primeur, notamment vis-à-vis de ses voisins européens qui ne subissent pas les mêmes contraintes financières et normatives que les agriculteurs français, est essentiel », a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.