Reprise des activités de SOS Méditerranée : je saisis le ministre de l’Intérieur !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur la reprise de l’activité illégale de SOS Méditerranée. À la fin du mois de juin 2020, après une période d’interruption liée à la crise sanitaire, l’équipage du bateau de l’Ocean Viking a repris son activité illégale, visant à soutenir l’immigration clandestine en prenant à son bord des immigrés illégaux en Méditerranée centrale pour les faire aborder sur les terres européennes.

Non seulement cette association encourage la pérennité des réseaux d’immigration clandestine, mais elle met en danger la vie de son équipage et de ses usagers. Mme la députée avait déjà interrogé le ministère sur les subventions publiques versées à cette association violant sciemment la loi (question écrite du 16 juillet 2019 n° 21513 à laquelle elle n’a pas eu de réponse). Elle lui demande s’il compte prendre quelconque disposition pour mettre un terme à l’activité illégale de cette association“, a souligné Marie-France Lorho au ministre de l’Intérieur.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho au Ministre de l’Intérieur.

L’argent public au service des associations encourageant l’immigration clandestine…

Le président du Conseil départemental de Loire-Atlantique projette de faire don de 500.000 euros à l’association SOS Méditerranée. Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur les subventions versées à des associations venant au secours des clandestins en mer. “L’action de ces associations déclenche ainsi une pompe aspirante en faveur de l’immigration illégale par la Méditerranée, a-t-elle indiqué au ministre. Cela constitue une tromperie à deux points de vue. D’une part, elles poussent des personnes à se lancer en mer ; or toutes ne sont pas secourues et plusieurs milliers meurent en route. D’autre part, elles leurrent les immigrés illégaux sur l’accueil qui leur sera fourni en France, leur faisant croire que leur situation irrégulière ne pose pas problème”.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.