Paramédicaux : l’État ne saurait abuser du dévouement de ce corps professionnel !

Marie-France Lorho appelle l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la situation des personnels paramédicaux et de leur exclusion du Ségur de la santé.

Dans certains centres, certaines infirmières n’ont, au-delà de cette revalorisation salariale, pas touché leur salaire de base depuis le mois de février 2021. Cette situation n’est pas tolérable dans le contexte de crise sanitaire actuel où ces personnes s’investissent sans compter pour la santé publique. L’État ne saurait abuser de leur dévouement au risque de jouer avec la santé publique “, a souligné le député.

Le député a demandé au ministre quelles sont les mesures que comptait prendre le Gouvernement pour inclure les paramédicaux de la fonction publique territoriale dans le processus de revalorisation des salaires prévu par le Ségur de la santé et pour permettre aux personnels mobilisés dans la stratégie vaccinale de toucher, en temps et en heure, une juste rémunération.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Pour la revalorisation du rôle des paramédicaux !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des solidarités et de la santé sur l’absence de revalorisation salariale dont étaient victimes les professionnels des milieux paramédicaux.

Les paramédicaux de la Fonction Publique Territoriale des Centres de Santé municipaux d’Ile-de-France, exclus par le Ségur de la Santé, puis la mission Laforcade, de la revalorisation générale des salaires des paramédicaux ne comprennent pas cette rupture d’égalité entre la Fonction Publique Hospitalière et le secteur privé d’une part, et la Fonction Publique Territoriale d’autre part, ce dont il ne peut leur être tenu rigueur“, a expliqué le député.

“A l’heure de la crise sanitaire, tous les personnels médicaux sont pleinement mobilisés et participent à la lutte contre le virus avec un dévouement et une abnégation exemplaires“, a conclu le député de Vaucluse. “Je me permets de souligner l’urgence de la situation et de vous demander d’adopter les mesures qui s’imposent pour remédier à ces problématiques.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO.

Sages-femmes : une profession méprisée !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des solidarités et de la santé sur le traitement réservé aux sages-femmes à l’occasion du « Ségur de la santé ».

À l’occasion du « Ségur de la santé », les sages-femmes espéraient une revalorisation de leur salaire et une reconnaissance de leur statut professionnel. “Alors que les sages-femmes se sont particulièrement illustrées par leur ténacité durant la crise sanitaire, ces professionnels n’ont retiré des dernières discussions qu’une mince revalorisation de leur salaire s’élevant à 183 euros net par mois“, a souligné le député de Vaucluse. “En l’absence de considération, ce corps médical risque de disparaître au même rythme que les gynécologues”.

Le député lui a demandé quelles dispositions supplémentaires le ministre comptait prendre pour que le statut professionnel de ces membres du personnel médical soit enfin reconnu et que la revalorisation de leur salaire soit réexaminée en conséquence.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho au ministre de la santé et des solidarités.

Sages-femmes : pour une reconnaissance du statut !

Marie-France Lorho a interpellé le ministre de la Santé et des Solidarités sur le statut des sages-femmes. ” En dépit des menus avantages tirés de ces discussions, comprenant une revalorisation de leur salaire de près de 183 euros net par mois, il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour que ces membres du corps médical bénéficient d’un salaire juste et de la reconnaissance de leur statut “, a-t-elle souligné au ministre.

Quelles dispositions monsieur le ministre compte-t-il mettre en œuvre pour que ces professionnels de santé soient reconnus comme des membres du corps médical à part entière ? Quelles mesures financières compte-t-il déployer pour permettre aux sages-femmes de recevoir un salaire à la hauteur des lourdes responsabilités incombant à leur métier ? “, a-t-elle demandé à Olivier Véran.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho.

EPSON MFP image