Les interventions de Marie-France Lorho à l’occasion de la crise sanitaire

Face à la gravité de la crise sanitaire et des mesures engendrées par la pandémie, Marie-France Lorho répond aux légitimes attentes des ressortissants de la 4ème circonscription de Vaucluse. 

Le député a en premier lieu souhaité assurer les maires de l’ensemble de la circonscription de son entier soutien. « L’heure est plus que jamais à l’union et à la bonne entente des acteurs publics », a-t-elle indiqué aux élus des villes de la 4ème circonscription. Marie-France Lorho a également tenu à informer les entrepreneurs de Vaucluse sur les diverses mesures financières (des prêts d’avance sur trésorerie jusqu’aux dispositifs relatifs à la mise en place du fonds régional Covid Résistance) dont ils pouvaient bénéficier. Le député s’est également assuré de la mise en relation des commerçants alimentaires avec les EHPAD, l’Hôpital ou la Caserne d’Orange pour d’éventuels dons de nourriture. En ce qui concerne les commerces de proximité, Marie-France Lorho a également interpellé le ministre de l’Economie pour décaler la période des soldes d’été au 15 août et les soldes d’hiver 2021 au 15 février 

A plusieurs reprises, le député de Vaucluse a interpellé le ministre de l’Agriculture afin de lui transmettre toutes les préoccupations des exploitants de sa circonscription : demande d’un moratoire suspendant la mise en application de l’arrêté sur les zones de non traitement ; proposition d’un assouplissement des règles auquel il serait heureux que le gouvernement procède pour permettre aux coopératives agricoles de continuer d’exercer leurs activités après la crise sanitaire ; interrogations sur les dispositions prises quant aux marchés de ville,… Tant de questions que Marie-France Lorho a posé à Didier Guillaume par l’intermédiaire de lettres ouvertes. Le député a également interpellé le secrétaire d’Etat aux affaires européennes sur l’impact économique du confinement dans le secteur viticole. Le ministre du travail a quant à elle été interpellée sur les dangers rencontrés par le secteur du bâtiment à l’occasion de la crise du covid-19

Marie-France Lorho s’inquiète des dispositions prises par le Garde des Sceaux dans le cadre de la crise : après l’avoir interrogé sur l’accroissement des agressions à l’encontre de notre personnel soignant et de la hausse des infractions relatives à la crise épidémique que nous traversons, elle a interrogé le ministre de la Justice les motifs de la libération de près de 7 000 détenus, lui indiquant qu’il était « impensable d’ajouter à l’insécurité sanitaire ambiante un climat d’insécurité physique ». Un même climat d’insécurité dont elle s’inquiète auprès du ministre de l’Intérieur, interrogé sur la gestion des banlieues dites « sensibles » durant la crise sanitaire. « Dans ces cités, certains habitants ne parlent ou n’écrivent même pas le français, rendant le respect des règles particulièrement délicat. Les comportements de ces groupes de personnes mettent en danger les Français », a souligné le député de Vaucluse. Cette dernière a également interpellé le ministre des affaires étrangères sur les conditions de la perpétuation de la politique migratoire durant la crise sanitaire alors même que les sans-abris apparaissent comme les laissés-pour-compte du gouvernement

Consciente du courage dont les membres du personnel médical font preuve au jour le jour face à cette crise sanitaire inédite, Marie-France Lorho a enfin souhaité rendre hommage au personnel médical mobilisé et mort dans l’exercice de leurs fonctions. C’est la raison pour laquelle le député a cosigné une proposition de loi visant à attribuer la Légion d’honneur à titre posthume aux soignants et au personnel confrontés au covid‑19, qui ont péri de cette maladie en soignant et en s’occupant des malades. Mobilisé depuis le premier jour du confinement, le député de Vaucluse entend continuer à mettre en oeuvre tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir les ressortissants de la 4ème circonscription ! 

Sans-abris : les grands oubliés de la crise sanitaire !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur le sort réservé aux sans-abris à l’occasion de la crise sanitaire qui sévit en France. 

Comment ces populations vulnérables vont-elles pouvoir subvenir à leurs besoins alimentaires alors même que les distributions de denrées alimentaires ou d’accueil dans les foyers sont à l’arrêt ? Plusieurs activités associatives ont été contraintes, eu égard aux mesures sanitaires, de mettre un terme à leurs activités, privant ainsi indirectement les SDF de moyens de subsistance, a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.