La France est-elle libre au Proche-Orient ?

 

« Le Proche-Orient et le Moyen-Orient ont représenté en 2017 un peu plus de 60% des exportations d’armement […] Sur la période 2008-2017, cette région a représenté 40% des ventes de l’industrie française d’armement ». Le rapport 2018 remis au Parlement sur les exportations d’armement de la France souligne l’importance du marché oriental dans la clientèle française. Pour la seule année 2017, cinq pays de la zone totalisent 3.9 milliards sur les 6.94 milliards d’euros de commandes d’armement que reçoit la France. Parmi les cinq meilleurs clients de ce marché lucratif ? En première position, le Koweït, suivi du Qatar, avec 1.089 milliard d’euros d’achats militaires, les Emirats arabes Unis, en troisième position, avec 701.5 millions d’euros et l’Arabie Saoudite, avec 626.3 millions d’euros.

A l’heure où la Coalition arabe, composée dans ses premiers rangs de l’Arabie Saoudite, du Koweït et des Emirats Arabes Unis, ravage le Yémen, la question de l’indépendance de la France à l’égard de ce pays demeure entière. L’intervention, depuis mars 2015, par ordre du commandement saoudien, a engendré près de 10 000 morts ; elle a engendré « la pire crise humanitaire au monde », au dire de l’ONU, et des situations de famine dramatiques. Le même organisme international a annoncé aujourd’hui la mort, en trois ans de conflit, de près de 2 200 enfants. Un nombre conséquent, qui risque de se voir réévalué à la hausse…Comment la France, qui fournit l’arsenal militaire des pays majeurs de la Coalition, pourrait-elle légitimement adopter une position légitime vis-à-vis de la situation yéménite ?

Il en va de même avec la Turquie. Alors même que le rôle ambigu du pays dans la déstabilisation de la Syrie et du reste de la région n’a toujours pas fait l’objet d’une réelle interrogation de la part des organismes mondiaux comme de la France, cette dernière vend pour près de 200 millions d’armes au pays d’Erdogan. Après avoir armé les coalitions terroristes, la France ferme donc les yeux pour armer une armée qui, trois ans plus tôt, laissa sciemment les islamistes terroristes pénétrer en Syrie…

Avec de tels clients, il est à craindre que l’Etat français ne puisse adopter aucune posture crédible au Proche-Orient ; la France ne peut se payer luxe de voir la porte d’un marché si juteux se refermer brusquement. A l’heure où notre pays renonce peu à peu à son implantation en Iran pour répondre aux velléités des Etats-Unis, va-t-elle bientôt renoncer à son libre-arbitre au Proche-Orient, au titre des fructueux échanges commerciaux conduits avec les pays du Golfe ?

Les peuples européens vent debout contre l’immigration massive !

Ainsi l’accord a été passé. Hier soir, à Bruxelles, les vingt-huit États membres de l’Union Européenne ont annoncé avoir trouvé un consensus quant à l’accueil des vagues d’immigrés qui se pressent à leurs portes. Partout, on annonce que la tractation, pourtant encore bien indistincte, laisserait la possibilité aux pays qui ne le souhaitent pas une plus grande liberté quant au refus de l’accueil. Une disposition étonnante, en vertu de la position des peuples européens, unanimement hostiles à ces pressions migratoires.

L’étude menée durant l’été 2017 par l’institut Ipsos était à cet égard sans appel. Les inquiétudes des Européens face à l’immigration massive sont croissantes. « La question identitaire est capitale pour comprendre l’attitude des peuples européens vis-à-vis de l’immigration, commentaient la semaine dernière deux membres de l’officine dans les colonnes du Figaro. De l’Allemagne à la France en passant par l’Italie, c’est « la majorité absolue » de ces peuples qui ne croient pas à l’intégration des vagues d’immigrés.

En dépit des discours politiques ambigus, tous l’affirment : il y a trop d’immigrés pour 53 % des Français, 88% des Italiens savent qu’il y a eu une hausse migratoire massive ces cinq dernières années…. Quant aux Allemands, « 40% la citent parmi leurs trois principaux sujets de préoccupations pour le pays ». Dans la plupart des pays, « le sujet est devenu plus sensible », remarquent encore les deux auteurs de la note. « Il existe incontestablement une véritable crispation des Européens à propos de la question migratoire ».

Si l’impact de l’immigration sur l’emploi et la protection sociale constituent deux interrogations majeures, c’est surtout la question du terrorisme qui apparaît en filigrane sous les inquiétudes des Européens. Si 64% des Français pensent qu’il « y a des terroristes qui prétendent être réfugiés », ils sont 70% des Italiens à le penser, contre 76% chez les Allemands… Et en dépit des haros médiatiques, interdisant les populations de l’affirmer, cette infiltration a déjà fait ses preuves et constitue, à l’heure du retour des djihadistes du Proche-Orient en Europe, un sujet de constante alarme.

L’accord passé hier soir par l’Union Européenne reflète encore une fois le choix de gouvernements idéologues. Si les Italiens pourront partiellement retrouver une maîtrise de leur territoire, les Allemands et les Français, pourtant largement inquiets de ces déferlements migratoires, n’auront qu’à subir les velléités de leurs chefs d’État violant constamment l’opinion des peuples qu’ils dirigent.

Programmation militaire : quel coût pour une intervention au Proche-Orient?

Marie-France LORHO est intervenue en séance sur la loi de programmation militaire. « Je veux simplement poser une question simple : cette loi de programmation militaire a-t-elle été rédigée avec en tête une possible intervention de la France en Syrie ailleurs qu’à la frontière irakienne ? Anticipe-t-elle les coûts importants qu’engendrerait une telle opération ? », a-t-elle demandé.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO en Séance.

https://youtu.be/4b2IBQwYkPU

La France doit aider l’Irak !

Marie-France LORHO a interrogé le ministère des affaires  étrangères sur la reconstruction au Proche-Orient. « La reconstruction Irakienne a recueilli les contributions de pays donateurs nombreux, a-t-elle souligné. Elles ont atteint, lors de la conférence au Koweït, plus de 30 milliards de dollars. Les pays du Golfe font partie des plus généreux donateurs. Le Koweït a contribué à hauteur de 2 milliards de dollars ; l’Arabie Saoudite à 1.5 milliards, les Emirats arabes unis à 500 millions de dollars ainsi que 5.5 milliards d’investissements privés et le Qatar a fait don d’un milliard ». Le député de Vaucluse s’est interrogée auprès du ministre des affaires étrangères sur la destination des fonds français.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO.

Le gouvernement irakien annonce la fin de la guerre contre l’Etat islamique !

Marie-France Lorho a tenu à saluer la déclaration du premier ministre irakien Haïder Al-Abadi, qui a annoncé le 10 décembre dernier la fin de la guerre contre l’Etat islamique. « Le dialogue mené conjointement entre les Etats-Unis et ses alliés, l’Arabie Saoudite comme l’Iran, est un témoignage éloquent du sens diplomatique qui anime votre gouvernement » a indiqué le député à Ismieal Shafiq Muhsin, Ambassadeur d’Irak en France. Retrouvez la lettre de Marie-France LORHO  à l’Ambassadeur.

« Éliminer la menace terroriste » : soutien au ministre de la défense britannique !

Marie-France Lorho a tenu à assurer Edward Llewellyn, ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, de tout son soutien suite aux déclarations du Ministre de la Défense britannique Gavin Williamson.

Le 6 décembre dernier, le Ministre de la Défense britannique Gavin Williamson a indiqué au Daily Mail que les citoyens britanniques ayant œuvré aux côtés de l’État Islamique au Proche-Orient devraient être pourchassés et éliminés, non autorisés à retourner dans leur pays d’origine. « La déclaration du Ministre, courageuse eût égard à la politique appliquée par ses voisins dans la poursuite des terroristes occidentaux, fait preuve d’une clairvoyance salutaire. Je vous prie donc de recevoir l’expression de tout mon soutien », a-elle fait remarquer.

Retrouvez la lettre de Marie-France LORHO.