La filière fromagère en danger !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Agriculture sur la situation de la filière des fromages à l’occasion de la crise sanitaire. “La filière de la production de fromages traverse, depuis le début de la crise sanitaire, une situation particulièrement délicate. Ce sont près de 19 000 éleveurs et 1 300 producteurs fermiers qui ont été pris de court face aux mesures d’urgence“, a souligné le député de Vaucluse. 


La répartition équitable de l’aide au stockage privé pour les fermiers et les PME, l’obtention d’une aide directe aux producteurs de lait et fermier gravement affectés par la crise et l’indemnisation des pertes par l’usage d’exonération fiscale pourraient permettent aux exploitants durement touchés de compenser leurs pertes“, a-t-elle ajouté.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Didier Guillaume.

Le secteur vitivinicole en danger : Marie-France Lorho interpelle le ministre de l’Agriculture

Marie-France Lorho a interpelé le ministre de l’Agriculture sur les dangers que rencontrent les professionnels du secteur vitivinicole.

 ” Les professionnels du secteur viticole attirent l’attention du gouvernement sur l’importance de la mise en place d’une exonération des cotisations sociales des exploitants et des charges sociales patronales pour leurs entreprises jusqu’à la fin de l’année 2020 comme de l’établissement d’un fonds de compensation des taxes à 25 % imposées aux exportateurs de vins vers les Etats-Unis depuis octobre 2019.“, a souligné le député de Vaucluse.

    “ Le secteur viticole, qui contribue au rayonnement culturel de notre pays et constitue une part importante de son économie, nécessite d’être soutenu par le Gouvernement pour pouvoir, dès la sortie de crise amorcée, se remettre au travail dans les meilleures conditions possibles“, a-t-elle ajouté.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au Ministre de l’Agriculture.

Coopératives agricoles : le ministre de l’agriculture doit s’adapter aux besoins de nos exploitants !

Marie-France Lorho a écrit au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation concernant l’assouplissement des règles légitime auquel il serait heureux que le gouvernement procède pour permettre aux coopératives agricoles de continuer d’exercer leurs activités après la crise sanitaire.

 “Tentatives pour opérer une continuité de leurs services tout en garantissant des conditions sanitaires optimales, report et annulations d’évènements : ces coopératives redoublent d’efforts pour s’accorder aux contraintes liées à cette crise inédite“, a souligné le député de Vaucluse. 

Sécheresse : les effets d’annonce du ministre de l’agriculture

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur le plan d’urgence mis en place par son Gouvernement pour soutenir les agriculteurs durant la sécheresse.

La sécheresse frappe de plein fouet agriculteurs et viticulteurs de Vaucluse. La création d’un fonds d’urgence qui n’aura d’incidence qu’à la fin des périodes intenses de sécheresse n’a pas d’utilité, excepté un effet d’annonce politiquement opportun “, a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Francisation des vins espagnols : ce sont nos terroirs qu’on assassine !

Emmanuelle Ménard et Marie-France Lorho ont rédigé une lettre ouverte destinée au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur la problématique de la francisation des vins espagnols. “Les cas de francisation des vins concerneraient au quotidien plus de 70 000 hectolitres de vin, l’équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé”, soulignent les députés de l’Hérault et de Vaucluse.

Elles ont ensuite demandé au Ministre : “Vous aviez rencontré, en juillet 2017, votre homologue espagnol afin d’avancer sur ces questions. Une réunion plénière de ce comité devait avoir lieu avant juin 2018, à Madrid. Pouvez-vous nous indiquer, Monsieur le Ministre, si cette réunion a eu lieu et quels en sont les résultats ? Quelles dispositions comptez-vous prendre, Monsieur le Ministre, afin de lutter de manière urgente contre la dénaturation de nos vins et cette concurrence déloyale scandaleuse que subissent nos viticulteurs ?” 

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho et Emmanuelle Ménard à Stéphane Travers.