Rapatriement des djihadistes en France : ne tolérons aucun retour !

Marie-France Lorho a appelé l’attention du garde des sceaux, ministre de la justice, sur la question du rapatriement des djihadistes. 

Ces personnes qui ont absolument tout renié du pays qui leur a tout donné et qui plus encore ont agi collectivement pour œuvrer à sa destruction doivent en assumer les conséquences, a souligné le député de Vaucluse. Les Français, pour qui le souvenir des attentats subis ces dernières années est encore douloureux, ne comprennent pas les velléités de rapatriement de ces personnes“. 

La position du précédent garde des sceaux, Nicole Belloubet, était à cet égard quelque peu ambiguë. Il s’agit d’une question de bon sens qui pourtant ne semble pas faire l’unanimité tant se multiplient les officines plaidant pour un retour, sur le territoire français, de ces terroristes.[…] Jusqu’à aujourd’hui, les autorités françaises ont refusé de voir rapatrier les adultes, hommes et femmes, complices de l’État islamique, afin qu’ils soient jugés sur place,” a t-t-elle souligné ensuite.

Le député lui a demandé si le Gouvernement compte rester inflexible sur cette position malgré les récentes campagnes idéologiques en faveur d’un retour de ces personnes.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Loi séparatisme : les raisons de mon vote à son encontre

C’est un texte fallacieux, une loi dont même le titre s’échine à dissimuler les véritables fondements : à l’occasion du vote, hier, de la loi visant à « conforter le respect des principes de la République », je me suis élevée à l’encontre d’un projet de loi qui, sous couvert de lutter contre le séparatisme islamiste sans jamais le citer, porte gravement atteinte aux libertés de nos compatriotes.

L’encadrement exacerbé de l’instruction en famille en est un exemple manifeste : en insinuant que l’enseignement islamiste serait dispensé au sein même des familles radicalisées, le gouvernement a limité une liberté fondamentale. Il a limité les possibilités d’instruction des français, alors même que des études ont démontré que l’IEF ne bénéficiait pas à ces familles… J’ai d’ailleurs déposé une proposition de loi invitant le Gouvernement à proposer un moratoire sur la modification législative de l’instruction en famille afin de revenir sur ces décisions graves et de manière à faire de la liberté d’instruction au sein de la famille un principe fondamental de l’enseignement scolaire.

L’immixtion inquiétante de l’Etat au sein des familles n’est malheureusement pas la seule faille de ce texte : l’insinuation des services publics au sein des institutions cultuelles constitue une démarche inédite, depuis la loi de 1905, proposée par ce projet de loi qui entend non seulement en régenter l’organisation mais aussi émettre un droit de regard sur les textes sacrés qui y sont défendus. Une ingérence scandaleuse du gouvernement, contre laquelle je me suis élevée au fil des 67 amendements déposés à l’encontre de ce texte. 

Sans jamais nommer l’islamisme, sans jamais prendre à bras le corps le problème migratoire, à la source de tous nos maux, ce projet de loi n’aura aucun des résultats escomptés. C’est la raison pour laquelle j’ai voté contre ce texte qui limite davantage les libertés des français qu’il ne freine le radicalisme islamique en notre pays. 

Loi séparatisme : notre idéal doit être la France !

Marie-France Lorho est intervenue en séance sur le projet de loi confortant le respect des principes de la République.

“Notre idéal doit être la France. La République est un cadre que vous êtes en train de transformer en cage. Notre civilisation ne s’est pas bâtie sur les principes de la République, elle est le fruit d’un roman national dont il est de votre responsabilité qu’il soit partagé par le plus grand nombre”, a indiqué le député de Vaucluse.

“Comment accorder une once de crédibilité à un texte qui se veut lutter contre le séparatisme et qui n’aborde pas une seule fois le problème de l’immigration alors même qu’il a été démontré à maintes reprises que les deux problématiques étaient liées”, a-t-elle conclu.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho en Séance.

Le communautarisme islamique à l’assaut des élections !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur les initiatives communautaires qui s’immiscent dans la vie politique locale. “Dans le Val-d’Oise, des candidats aux élections se sont distingués par leur appartenance à des mouvements islamistes comme le Tabligh“, a souligné le député avant d’ajouter : “Ledit candidat était également connu des services du ministère de l’intérieur puisqu’il bénéficie d’une fiche S en raison de ses contacts avec des islamistes radicaux“.

Elle lui a demandé quels dispositifs il comptait mettre en œuvre pour freiner la radicalisation islamiste massive et le communautarisme qui s’immisce dans la vie électorale locale de certains territoires français.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020.

Marie-France Lorho a interrogé le Garde des Sceaux sur sa position quant au retour des djihadistes en France. “Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020“, a-t-elle fait remarquer au Garde des Sceaux. Alors que le Garde des Sceaux indiquait que « Tout combattant qui serait rapatrié serait judiciarisé comme nous l’avons toujours fait », son entourage déclarait à l’AFP que « notre position est constante, nous considérons que les jihadistes doivent être jugés dans les endroits où ils ont commis leurs exactions ».

Elle a donc demandé au ministre quelle serait la position de la France sur le sujet.

EPSON MFP image

Le communautarisme islamiste dans les universités !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur le communautarisme et le sectarisme dans les universités françaises. “En 2014, le directeur de l’IUT de Saint-Denis a été visé par des menaces de mort à caractère islamiste. Il convient de rappeler que l’entrisme et l’infiltration dans les structures d’enseignement constitue le modus operandi d’associations très actives comme celle des Frères musulmans”, a-t-elle souligné.

Mayotte : le département propose 70 000 euros de subventions pour organiser des pèlerinages à la Mecque

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Intérieur sur l’utilisation de l’argent public par le département de Mayotte. “Le département de Mayotte a accordé un total de 70 000 euros de subventions à quatre associations dont l’objectif est d’organiser les pèlerinages à la Mecque, a-t-elle indiqué

Le 11 juin dernier, il a ainsi voté en faveur de cette subvention, soulignant que ces demandes répondaient à la nécessité de la population mahoraise, qui avait besoin d’être encadrée dans le cadre des départs des pèlerins pour l’Arabie Saoudite. Les quatre associations bénéficiaires ont reçu près de 70 000 € pour la prise en charge des billets d’avion, le transport interurbain et l’hébergement de l’équipe d’encadrement des pèlerins. Le département financera donc un peu moins de la moitié des voyages”. Elle a demandé au Ministre de l’Intérieur s’il allait mettre un terme à ces subventions “exorbitantes et démagogiques, qui constituent une utilisation injustifiée de l’argent public sur le territoire mahorais ?”

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Christophe Castaner.

 

Ecquevilly : l’inquiétante persistance du salafisme

Marie-France Lorho a interpellé le ministre de l’intérieur sur la persistance du salafisme dans la ville d’Ecquevilly. “Prêches appelant à la violence, notamment à l’encontre des membres des confessions chrétienne et juive ; injonctions menaçantes formulées pour le port du voile intégral pour les femmes ; comportements agressifs : de nombreux témoignages rapportent l’enlisement dans un communautariste islamiste de la petite ville de la vallée de la Seine”.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Christophe Castaner.

Pas de laxisme face à l’islamisme !

Marie-France Lorho a pris la parole à l’issue de la discussion générale sur la loi de sécurité intérieure. “L’islamisme politique n’est pas une émotion adolescente ou une soudaine exacerbation, c’est une idéologie de combat soutenue par des Etats et des argentiers”, a-t-elle souligné.

Retrouvez ci-dessous son intervention filmée.

 

Retrouvez ci-dessous son allocution.