La Turquie s’immisce dans les affaires européennes !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des affaires étrangères sur l’ingérence de la commission turque luttant contre l’islamophobie supposée des Occidentaux dans les affaires européennes. « Menée par le membre du parti présidentiel M. Omer Serdar, cette commission n’hésite pas à s’inviter dans ces pays européens pour tenter de faire évoluer les législations occidentales sur l’islamophobie, perçue comme une « menace pour la paix dans le monde ». Cette ingérence des membres de la commission dans les politiques intérieures européennes s’est déjà manifestée en Allemagne, où une délégation s’est rendue pour écouter les porte-paroles d’associations locales. Les institutions officielles ont cependant largement boudé leur venue, à laquelle elles n’ont pas répondu positivement », a soutenu Madame le député.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO au ministre des affaires étrangères.

 

Les derniers feux de la civilisation européenne

Après avoir encouragé l’immigration massive dans les pays européens et verrouillé ses propres frontières, liste exubérante de consignes de sécurité à l’appui, les Etats-Unis évaluent en trois scénarios catastrophes les résultats alarmants de l’accueil inconsidéré des immigrés en Europe. Le laboratoire d’idée Pew Research jauge la population islamique en Europe, à l’aune de la politique inconditionnelle menée par les gouvernements des pays européens depuis plusieurs décennies. Les lâchetés successives de la droite et les courbettes démagogiques de la gauche auront mis en œuvre le Grand Remplacement de sa population : en 2016, constate l’institut, l’Europe abritait une population totale de 25.8 millions de musulmans.

Bien sûr, la France se révèle l’un des meilleurs élèves de cet enracinement d’une nouvelle nature : le laboratoire d’idées comptait une présence islamique à hauteur de 8.8% de la population française en 2016. D’ici 2050, elle passerait à 12.7% en cas d’immigration zéro et jusqu’à 18% en cas de forte immigration. Les trois scénarios envisagés par Pew Research définissent en effet l’islamisation de l’Europe à l’ombre de l’orientation que prendra la politique migratoire de l’UE, qui déterminera la nature de sa civilisation de demain.

« Cette vague de migrants musulmans, expliquent les rapporteurs de l’étude, a suscité un débat sur la sécurité et l’immigration dans de nombreux pays européens et a soulevé des questions sur le nombre actuel et futur du nombre de musulmans en Europe ». Parce que la loi, notamment française, interdit d’établir quelconques statistiques religieuses en France, la précision des estimations de l’étude en question reste délicate à évaluer. Se fondant sur le seul « attachement à l’islam en tant que composante culturelle et historique de l’identité » éprouvé par les populations questionnées, elle demeure cependant un indicateur global.

« Même si tout mouvement migratoire vers l’Europe cessait immédiatement et de façon définitive, la population musulmane augmenterait, passant de 4.9% en 2016 à 7.4 % en 2050 », pouvait-on lire dans les colonnes du Figaro au début du mois de décembre dernier. Le constat est sans appel et annonce les derniers feux d’une civilisation européenne bientôt remplacée. Car en dépit d’un texte de loi brandissant trop tardivement quelques mesures restrictives à l’égard de l’immigration massive, la pérennisation du laxisme aux frontières entérinera un remplacement de population déjà bien amorcé.

Les Français sont contre le grand remplacement !

Le 12 octobre dernier, la Fondation Jean Jaurès publiait une étude intéressante sur la manière dont les Européens envisagent l’immigration.

Pour citer l’étude, les opinions publiques considèrent l’immigration comme « une donnée structurelle qui est amenée à durer dans le temps et à devenir récurrente ». Mieux : les Européens sont désormais convaincus que l’immigration est désormais principalement économique. Le matraquage médiatique sur les migrants n’aura donc pas pris.

Les manipulations de faux experts qui voulaient dissimuler la présence de terroristes islamiques parmi les migrants n’a pas pris non plus : ils sont 79% à le savoir. A ce titre, 2/3 des Français sont favorables à la fin des accords de Schengen.

Le degré de conscience de notre peuple est d’ailleurs à saluer : à peine un quart des Français pense que nous sommables capables d’accueillir des migrants et ils sont 40 % à faire le lien entre immigration et délinquance. 71% des Français jugent d’ailleurs que les immigrés s’intègrent mal. Les causes : le refus de l’intégration pour 46% des Français et la religion de nouveaux arrivants pour 45% d’entre eux.

La Fondation Jean Jaurès montre donc l’acuité du regard de notre peuple sur l’immigration. A quand un référendum pour mettre fin au grand remplacement ?

 

Quand l’Etat ne dépense que pour l’islam

Marie-France Lorho a interpellé Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, dans le cadre de la commission élargie crédits 2018 : Administration générale et territoriale de l’Etat. « Toutes les dépenses d’intervention de la mission culte du programme 232 concernent l’islam. Par ailleurs, les chiffres de la mission montrent bien qu’après l’expropriation d’Etat des Eglises, ce-dernier n’assume pas du tout son rôle de soutien financier de ces joyaux spirituels et culturels » a-t-elle souligné.