Incivilités et violences : une constante augmentation !

L’atmosphère est lourde Place Beauvau, en ce jeudi 6 septembre 2018 : derrière son pupitre de la salle de conférence de presse du ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb dévoile un bilan dramatique. Les violences et incivilités du quotidien sont en constante augmentation, croissance alarmante dont les chiffres sont révélateurs de l’ensauvagement progressif de notre société. Passés de 129 000 à 139 000 en un an, les coups et blessures volontaires connaissent une hausse de 7.5 %. Mieux encore, les « violences gratuites » ont quant à elles bondi de 8 % ! Quant aux atteintes à l’intégrité physique des personnes, celles-ci continuent d’augmenter de 5.7 % depuis janvier…

Enonçant ce panorama désastreux, le ministre ne renonce pas à colorer son discours de pointes de démagogie : alors que les violences sexuelles ont augmenté de 23.1 %, élevant le nombre de faits au cours des sept premiers mois de 2017 à 27 728 actes, Gérard Collomb annonce, triomphal, la mise en place d’une « plateforme de signalement de ces violences sexuelles et sexistes, de manière à ce que les femmes qui sont victimes puissent plus facilement le signaler ». Le projet s’avèrera vraisemblablement aussi inutile qu’il est condescendant… Imprécis, l’appellation de « violences sexuelles et sexistes » recouvrent une somme d’actes malveillants dont la teneur varie. Dénoncer ceux-là pourrait s’avérer utile si seulement de véritables moyens étaient déployés pour les combattre sur le terrain.

En Vaucluse, le maire d’Orange l’a bien compris : Jacques Bompard a lancé une campagne de lutte contre les incivilités du quotidien. « La loi traite ces incivilités du quotidien par le mépris alors qu’elles développent pour moi un sentiment d’insécurité et sont l’école du crime », a-t-il déclaré la semaine passée. Nous en appelons au souci du bien commun qui se désagrège de manière lente et têtue […] Ces incivilités sont des atteintes au bien vivre et à nos traditions ».  Bientôt placardées dans la ville de la quatrième circonscription de Vaucluse, ces affichettes aux slogans forts – « Modérer ses orgies. La civilisation commence par-là » – permettront de prévenir les incivilités du quotidien.

Pour l’heure, le ministre de l’Intérieur entend déployer des effectifs policiers harassés et menacés jusque dans leur quotidien dans les quartiers à risques. Un déploiement de 1 300 policiers pour « une trentaine de quartiers de reconquête républicaine d’ici l’été 2019 » … Alors même qu’ils sont mandés de toute part, notamment réclamés auprès des pompiers qui peuvent perdre la vie dès qu’ils pénètrent dans les banlieues sinistrées, les effectifs de police risquent une fois de plus de payer le prix fort.