Tribune des militaires : les Français soutiennent l’armée !

Elle a fait grand bruit, suscitant le courroux de ceux qui appelaient hier à l’insurrection au nom du peuple : la tribune des militaires parue dans un hebdomadaire il y a quelques jours a défrayé la chronique. Un tel appel de la part de patriotes à relever notre pays face à son délitement ne pouvait que faire prendre ombrage à un gouvernement qui a, de longue date, abandonné notre souveraineté. L’erreur de ces quelques vingt généraux ? Aspirer à un « retour de l’honneur » du gouvernement. Un espoir bien généreux : une telle qualité a-t-elle jamais été connue de ses membres…  Recasés dans de prestigieux sièges internationaux, dans les fauteuils confortables d’entreprises du CAC 40, les ministres à l’origine des scandales d’hier coulent des jours fastueux aujourd’hui… 

« La France est en péril », nous dit une Grande Muette qui n’en peut plus de se taire. « Ceux qui dirigent notre pays doivent impérativement trouver le courage nécessaire à l’éradication de ces dangers. Pour cela, il suffit souvent d’appliquer sans faiblesse des lois qui existent déjà », nous dit-elle encore. C’est une évidence : les aménagements de peine, l’inversion de sens qui déchire notre système judiciaire, érigeant le coupable en victime et faisant disparaître négligemment la victime, tuent notre pays. Viols, vols, meurtres, sont à l’esprit de tous les Français qui lisent les nouvelles. Cet état de fait, certains généraux ont eu le courage de le dénoncer. 

Et parce qu’ils ont eu cette audace, ils seront sévèrement sanctionnés. Leur faute, c’est d’être d’accord avec près de 58 % des Français. Leur faute, c’est de ne pas vouloir voir leur pays livré à la violence et la barbarie. Leur faute, c’est d’espérer que les lois vont être appliquées. Leur faute, véritable cette fois-ci, c’est d’espérer que notre gouvernement retrouve un honneur qu’il n’a jamais eu. 

Pour que le 11 novembre devienne un jour d’hommage à nos soldats tombés !

Marie-France Lorho a envoyé une lettre ouverte au Ministre des Armées pour que le 11 novembre devienne une journée de souvenir pour nos soldats tombés, notamment à l’occasion d’opérations extérieures.

EPSON MFP image

Yémen : il faut créer un moratoire sur les licences d’exportations d’armement vers l’Arabie Saoudite !

A l’occasion de la sortie de son rapport sur les exportations d’armement de la France, le ministère a fait part de son souhait de porter un objectif de « transparence ». Qu’en est-il vraiment ? On y apprend beaucoup, sur la forme de la vente d’armement, certes, mais peu sur le fond. Le gouvernement explique ainsi que les 3/5ème de nos plus gros contrats sont destinés à des pays du Golfe, dont deux en particuliers : le Qatar et l’Arabie Saoudite. 

Les conflits qui se déroulent au Yémen ont engendré l’une des crises humanitaires les plus graves au monde. La posture de la France quant à cette guerre civile doit respecter les accords de paix dont elle est signataire : il en va notamment de la préservation de l’aura dont jouit la France à l’international. Notre pays est engagé pour la paix dans le monde, mais « en même temps », le gouvernement vend sans restriction des armes à des pays finançant le terrorisme international. Il appuie, aussi, des pays sous embargo comme le Soudan, bourreau de sa minorité chrétienne. Il finance, enfin, les projets nucléaires d’alliés aussi dangereux que le Pakistan. 

C’est pourquoi Marie-France Lorho a proposé une résolution invitant le gouvernement à instaurer un moratoire sur les licences d’exportations d’armement vers l’Arabie Saoudite. Cela jusqu’à qu’aucun doute n’existe sur le fait que le royaume ne soit plus en contradiction avec nos engagement internationaux dans sa politique conflictuelle au Yémen.

En effet, comme souligné dans le rapport, l’Arabie Saoudite ne correspond en aucun cas à nos critères de vente : nous nous sommes engagés par exemple à refuser l’autorisation d’exportations s’il existe un risque manifeste que la technologie ou les équipements militaires dont l’exportation est envisagée servent à la répression – ce qui est le cas dans le conflit yéménite.

Attachée à la préservation des équilibres géopolitiques dans la région, Marie-France Lorho, secrétaire du groupe d’amitié France-Yémen, porte à l’attention du parlement cette proposition de résolution à laquelle elle espère qu’il sera attentif.

Retrouvez la proposition de résolution de Marie-France Lorho. 

Défilé du 11 novembre : les soldats de la Grande Guerre méritent un hommage !

Marie-France Lorho a interpellé le ministre des Armées sur l’absence d’hommage souhaité par le président de la République pour nos soldats de la Grande Guerre : “Reconnaître le sens du sacrifice des centaines de milliers de Français face à cette Allemagne qui déployait alors une stratégie martiale assumée est le moindre des gestes que puisse effectuer le gouvernement en signe de gratitude. La France d’aujourd’hui est redevable de ce sacrifice d’hier : toutes les décisions démagogiques visant à contenter un partenaire économique ne saurait l’effacer“, a-t-elle souligné avant de demander au Ministre si elle allait “porter la voix de l’Etat-Major et encourager le gouvernement à reconnaître la nécessité d’une telle reconnaissance officielle du courage des soldats de la Grande Guerre”.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO au ministre des Armées.

Le ministère des armées fait primer les bas coûts sur la sécurité !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des Armées sur l’achat des drones Mavic Pro pour les soldats de l’armée française. “Madame le Ministre compte-t-elle mettre un terme à cette politique d’acquisition douteuse qui fait primer la modicité des prix des appareils de l’armée française à la sécurité et la confidentialité des données ?”, a-t-elle demandé au Ministre.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho à Mme Florence Parly.