Marché de l’art : renforçons la surveillance des ventes de biens pillés par les groupes terroristes !

A l’occasion de la commission des lois du 26 février dernier, l’assemblée a examiné une proposition visant à réguler le marché de l’art. A cette occasion, Marie-France Lorho a déposé trois amendements, renforçant la surveillance du trafic d’oeuvres d’art. Tombés à l’issue de la discussion, ces amendements mériteraient néanmoins de faire l’objet d’une discussion sérieuse de la part de la représentation nationale. 

Les dramatiques pillages de l’Etat islamique sur les sites détenus par la milice djihadiste ont mis en lumière les réseaux illégaux de circulation des biens patrimoniaux, pillés par les terroristes au profit de leur organisation. « A l’heure où Bercy aspire à renforcer la vigilance autour des transactions financières en provenance et à destination des pays qui figurent sur les listes noires et grises du terrorisme, il est cohérent que le législateur se montre inflexible à l’égard des personnes reconnues coupables de contribuer par la vente d’antiquités préemptés à des États en guerre », a indiqué le député de la IVème circonscription de Vaucluse dans son premier amendement. Par cette réflexion, Marie-France Lorho a souhaité introduire dans notre loi la disposition selon laquelle toute personne responsable d’une vente aux enchères convaincue d’avoir sciemment vendu un bien ayant fait l’objet d’un tel pillage ne pouvait échapper à la sanction financière à laquelle elle doit être légitimement soumise. 

Le député a également fait part de sa volonté de voir les personnalités coupables d’avoir directement ou indirectement alimenté ces groupes terroristes officiellement condamnées, annonçant publiquement les sanctions dont elles ont fait l’objet. Cette reconnaissance officielle du délit pour lequel elles ont été condamnées est une nécessité pour la clientèle passée ou future des personnes concernées. « Si certaines maisons ont contribué à alimenter ce commerce inique ou continuent à le faire, les sanctions dont elles font l’objet doivent être rendues publiques. Il en va du respect de la clientèle française, qui doit pouvoir connaître l’origine de leur acquisition », a souligné le député. Dans l’octave de la résolution à valeur contraignante récemment adoptée par l’ONU visant à renforcer la lutte contre le financement du terrorisme, le dernier amendement proposé par le député de Vaucluse vise à s’assurer que les personnes ayant participé au financement du terrorisme par l’usage de la vente d’antiquités issues de pays en guerre ne puissent plus exercer d’activités de ventes. 

En 2015, lorsque l’État islamique avait la main mise sur certains sites illustres du patrimoine mondial, Philippe Lalliot, ambassadeur de France à l’UNESCO, dénonçait la véritable “guerre de ruines” menée par les djihadistes. Le commerce illégal des antiquités nourrissait un trafic de grande ampleur, compensant les pertes de revenus tirées du commerce pétrolier. C’est afin que les groupes terroristes islamiques ne puissent plus désormais jouir des fruits de leurs pillages que Marie-France Lorho a proposé ces amendements, qu’elle proposera une nouvelle fois en séance. 

Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020.

Marie-France Lorho a interrogé le Garde des Sceaux sur sa position quant au retour des djihadistes en France. “Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020“, a-t-elle fait remarquer au Garde des Sceaux. Alors que le Garde des Sceaux indiquait que « Tout combattant qui serait rapatrié serait judiciarisé comme nous l’avons toujours fait », son entourage déclarait à l’AFP que « notre position est constante, nous considérons que les jihadistes doivent être jugés dans les endroits où ils ont commis leurs exactions ».

Elle a donc demandé au ministre quelle serait la position de la France sur le sujet.

EPSON MFP image

Boko Haram : une progression inquiétante !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des Affaires étrangères quant à la progression inquiétante de Boko Haram au Cameroun. “Depuis près de quatre ans, les populations animistes et chrétiennes qui les habitent sont l’objet des razzias meurtriers de ces factions terroristes, qui pillent, détroussent, brûlent et massacrent les villages et leurs ressortissants. Considérés comme des infidèles (kirdi), ces chrétiens sont contraints d’abandonner leur foyer et de déserter les villages”, a-t-elle souligné.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au ministre des affaires étrangères.

 

A l’heure du retour des djihadistes, les visas de l’Algérie à l’Europe facilités !

Marie-France Lorho a interpelé le Ministre de l’intérieur sur la nécessité de réviser les facilités de visas accordées aux ressortissants algériens. “A l’heure où une vague de djihadistes risque de transiter par le Maghreb pour rejoindre des Etats de l’Union Européenne dans lesquels ils entendent commettre des attentats, quelles dispositions Monsieur le Ministre compte-t-il mettre en œuvre pour réviser les facilités de visas accordées aux Algériens?”, a-t-elle indiqué à Gérard Collomb.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au ministre de l’Intérieur.

 

 

Retour des djihadistes français : le gouvernement laxiste !

Marie-France Lorho a interrogé le garde des sceaux, ministre de la justice, sur le laxisme dont fait preuve le Gouvernement français dans le cadre des retours des djihadistes français au Proche Orient. “Le soutien potentiel que les jihadistes français ont apporté à l’organisation terroriste sur le territoire irakien doit être jugé selon les législations en vigueur en ces pays ; les « regrets » exprimés par les coupables devant la Cour pénale de Bagdad ne peuvent en aucun cas constituer un argument de poids pour un retour en France”, a-t-elle souligné.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Le gouvernement irakien annonce la fin de la guerre contre l’Etat islamique !

Marie-France Lorho a tenu à saluer la déclaration du premier ministre irakien Haïder Al-Abadi, qui a annoncé le 10 décembre dernier la fin de la guerre contre l’Etat islamique. “Le dialogue mené conjointement entre les Etats-Unis et ses alliés, l’Arabie Saoudite comme l’Iran, est un témoignage éloquent du sens diplomatique qui anime votre gouvernement” a indiqué le député à Ismieal Shafiq Muhsin, Ambassadeur d’Irak en France. Retrouvez la lettre de Marie-France LORHO  à l’Ambassadeur.

“Éliminer la menace terroriste” : soutien au ministre de la défense britannique !

Marie-France Lorho a tenu à assurer Edward Llewellyn, ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, de tout son soutien suite aux déclarations du Ministre de la Défense britannique Gavin Williamson.

Le 6 décembre dernier, le Ministre de la Défense britannique Gavin Williamson a indiqué au Daily Mail que les citoyens britanniques ayant œuvré aux côtés de l’État Islamique au Proche-Orient devraient être pourchassés et éliminés, non autorisés à retourner dans leur pays d’origine. “La déclaration du Ministre, courageuse eût égard à la politique appliquée par ses voisins dans la poursuite des terroristes occidentaux, fait preuve d’une clairvoyance salutaire. Je vous prie donc de recevoir l’expression de tout mon soutien”, a-elle fait remarquer.

Retrouvez la lettre de Marie-France LORHO.

Les argentiers de l’État islamique doivent être sanctionnés !

Marie-France Lorho a interrogé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sur l’absence de sanctions proférées à l’encontre du cimentier Lafarge. Une “enquête a souligné que les responsables de l’usine en Syrie ont versé près de 5 millions de livres syriennes par mois à l’EI”, a-t-elle indiqué. “Il est surprenant que l’État français n’ait pas pris la mesure plus tôt du danger qu’encourrait le cimentier français et ses personnels. Il est intolérable qu’il n’ait, par sa posture détachée, pas pris la mesure des financements que pourraient octroyer le cimentier à l’égard du groupe terroriste”, a ajouté le député de Vaucluse.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Pas de laxisme face à l’islamisme !

Marie-France Lorho a pris la parole à l’issue de la discussion générale sur la loi de sécurité intérieure. “L’islamisme politique n’est pas une émotion adolescente ou une soudaine exacerbation, c’est une idéologie de combat soutenue par des Etats et des argentiers”, a-t-elle souligné.

Retrouvez ci-dessous son intervention filmée.

 

Retrouvez ci-dessous son allocution.