Mayotte : l’impunité des bandes criminelles organisées

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’intérieur sur le climat d’impunité qui règne sur le territoire de Mayotte. “Le 15 août 2020, Mayotte était le théâtre d’affrontements entre bandes organisées : les affrontements ont engendré la mort d’un homme (bilan qui pourrait s’alourdir) et provoqué plusieurs blessés“, a souligné le député de Vaucluse.

La population se sent abandonnée des pouvoirs publics et le Gouvernement tarde à répondre à cette atmosphère“, a ajouté le député de Vaucluse avant de lui demander quels dispositifs il comptait mettre en œuvre pour enliser la violence qui règne sur l’archipel mahorais et comment il comptait mettre un terme à l’impunité totale dont jouissent les bandes organisées qui sévissent sur ce département français.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Ensauvagement de la société : je saisis le garde des sceaux !

Marie-France Lorho a interrogé le Garde des Sceaux sur le climat d’ensauvagement factuel et croissant au sein de notre société. “ A l’heure où l’ensemble de la classe politique dénonce l’existence de ces violences de plus en plus graves, a souligné le député de Vaucluse. Quelle va être l’action de votre ministère pour empêcher la recrudescence de telles violences ? Comment monsieur le ministre compte-t-il mettre un terme au laxisme d’un système judiciaire qui relâche des multirécidivistes au péril de la vie de nos compatriotes ?” a-t-elle demandé.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France Lorho au Garde des Sceaux.

EPSON MFP image

Une loi pour sanctionner les agresseurs des sapeurs-pompiers !

En 2018, sur 4,6 millions d’interventions mises en œuvre au cours de l’année, les pompiers ont été victimes de 207 violences verbales, 153 jets de projectiles, 346 agressions simples et 66 agressions avec arme, y compris par destination, soit en moyenne 69 agressions par mois sur tout le territoire national et en outre-mer, si l’on en croit le ministère de l’intérieur. Un nombre d’agressions qui constitue près de deux agressions chaque jour. Depuis le début de l’année 2019, les violences contre les pompiers ont augmenté de 23 %. En vingt ans, le taux de violences menées à l’encontre des policiers et des pompiers a augmenté de 60 % en France.

Certaines fédérations de pompiers font part de leur inquiétude quant à ce phénomène qui prend de l’ampleur d’année en année. Après avoir rencontré les brigades de sapeurs-pompiers de Vaucluse, Marie-France Lorho a souhaité attirer l’attention du parlement sur ces actes dramatiques, témoignage ineffable de l’ensauvagement constant de notre société. C’est à cette fin qu’elle a déposé une proposition de loi visant à renforcer les sanctions à l’égard des agressions des sapeurs-pompiers.

« Il est nécessaire que les attaques à l’encontre des pompiers soient suivies de sanctions fortes et d’une véritable prise de conscience », a-t-elle ainsi souligné. Dans l’article de la loi, le député de la 4ème circonscription propose de durcir les sanctions à l’égard des agresseurs des pompiers, en renforçant la peine de réclusion criminelle de dix ans et en augmentant de 50 000 euros l’amende lorsque l’infraction est commise sur les personnes des sapeurs-pompiers. Parce qu’il est intolérable que les sapeurs-pompiers, qu’ils soient volontaires ou professionnels au service de la cité, se voient empêchés ou agressés dans l’exercice de leur mission au service des Français, Marie-France Lorho déposé cette proposition de loi afin que ne se répètent plus ces indicibles exactions.

Retrouvez la proposition de loi de Marie-France Lorho.

Justice : la surveillance par bracelet électronique n’est pas une réponse satisfaisante !

Marie-France Lorho est intervenue en Séance sur le caractère ingérable de la substitution des peines de prison par de la surveillance électronique.”Je m’oppose à la systématisation de ce dispositif, qui apparaît déraisonnable dans le climat d’ensauvagement de la société auquel nous assistons“, a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho en Séance.