Hors contrat : pour un traitement équitable entre les élèves de l’école publique et ceux du hors contrat !

Marie-France Lorho a interrogé M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur les disparités de traitement entre les lycéens intégrés dans les écoles de l’État et ceux des établissements privés hors contrat.

Il apparaît foncièrement paradoxal que les notes de contrôle continu soient acceptées par Parcoursup et ne le soient pas pour l’épreuve du bac. Il est par ailleurs singulier qu’une minorité de lycéens soient invités à passer le bac dans un contexte sanitaire dégradé “, a souligné le député de Vaucluse.

À l’occasion d’une question orale sans débat, Mme la députée alertait M. le ministre sur l’iniquité de traitement inacceptable entre les lycéens de l’école publique et sous contrat et ceux du hors contrat. N’ayant pas reçu de réponse à sa question, elle lui a demandé comment il entend réparer cette rupture d’égalité face à l’épreuve du bac dont sont victimes les lycéens des écoles hors contrat.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Port du masque : un danger pour les plus jeunes !

Marie-France Lorho a appelé l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur la question du port du masque par les plus jeunes. 

De nombreux professionnels de santé (médecins, pédiatres, pédopsychiatres) et de l’enfance alertent sur les dangers de cette mesure depuis sa mise en place et dénoncent un bilan lourd et préoccupant. Le Professeur Didier Pittet, épidémiologiste et conseiller du Président de la République dans sa stratégie de gestion de crise sanitaire, après avoir rappelé le rôle insignifiant des enfants dans la transmission du virus, affirme que le masque est extrêmement gênant dans l’apprentissage et ne devrait pas être porté par les enfants du très jeune âge“, a souligné le député de Vaucluse. De nombreux pédiatres témoignent de souffrances de leurs jeunes patients liées aux masques parmi lesquelles figurent l’hypercapnie, les saignements de nez, les problèmes dermatologiques, les problèmes dentaires et buccaux, les infections labiales, les troubles somato-psychiques, les anxiétés ou phobies scolaires“.

Le député a donc demandé au ministre si le Gouvernement comptait revenir sur les mesures imposant le port du masque pour les plus jeunes et s’il comptait adopter des mesures afin que l’accompagnement des enfants puisse se faire de manière adaptée sans que soit imposé le port du masque. 

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho au ministre de l’Éducation nationale.