Rapatriement des djihadistes français : les États du Proche-Orient sont-ils encore souverains ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur le rapatriement des djihadistes français sur le territoire national.

Dans un récent entretien, M. le garde des sceaux répétait sa déclaration de 2019, réitérant son souhait de voir rapatrier les djihadistes français prisonniers au Proche-Orient afin qu’ils soient jugés en France. Le ministre de la justice a ainsi indiqué : « Je serai un militant infatigable pour défendre des Français […] qui encourent la peine de mort ».

Le député de Vaucluse a indiqué au ministre de l’Europe et des affaires étrangères que, ” quelle que soit la position française sur la peine de mort, il [était] nécessaire de rappeler que les systèmes judiciaires de ces États du Proche-Orient sont souverains en leur pays ; il ne revient pas au gouvernement français de s’immiscer dans la politique juridictionnelle de ces États, notamment en regard des exactions proférées par ces terroristes sur les territoires concernés.”

Marie-France Lorho a demandé quelle position il comptait adopter quant au rapatriement des djihadistes français condamnés à la suite de décisions souveraines des États dans lesquels ils sont jugés.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Retour des enfants de djihadistes : j’interpelle le ministre des affaires étrangères !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur le rapatriement des enfants de djihadistes en France. “Quelles dispositions M. le ministre compte-t-il prendre pour prévenir la commission d’actes dangereux par des enfants ayant été entraînés comme des soldats par les terroristes islamiques ?” a demandé le député de Vaucluse.

Les nombreuses femmes parties au service de l’État islamique doivent en effet être jugées dans ces pays dans lesquels elles ont commis leurs exactions : il en va du respect de l’autorité souveraine de ces États du Proche-Orient. Quelle sera la position du ministère de l’Europe et des affaires étrangères sur le retour des enfants de djihadistes islamistes et de leurs mères ? ” a ajouté Marie-France Lorho.

Retrouvez la question écrite de Marie-France LORHO.

Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020.

Marie-France Lorho a interrogé le Garde des Sceaux sur sa position quant au retour des djihadistes en France. “Une quarantaine de djihadistes français ont retrouvé la liberté depuis 2018 et plusieurs dizaines devraient être libérés d’ici 2020“, a-t-elle fait remarquer au Garde des Sceaux. Alors que le Garde des Sceaux indiquait que « Tout combattant qui serait rapatrié serait judiciarisé comme nous l’avons toujours fait », son entourage déclarait à l’AFP que « notre position est constante, nous considérons que les jihadistes doivent être jugés dans les endroits où ils ont commis leurs exactions ».

Elle a donc demandé au ministre quelle serait la position de la France sur le sujet.

EPSON MFP image

Syrie : le rôle des Etats-Unis dans la coalition en question

« Les Kurdes ont autorisé 400 djihadistes à évacuer Raqqa vers Abu Kamal et en contrepartie Daech a laissé les FDS prendre al-Omar. En une heure, les pro-Américains ont repris le champ sans que Daech combatte »,certifie le leader de Deir-ez-Zor Nawaf Bashir. Marie-France Lorho a écrit au Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères pour lui demander son opinion quant à ces déclarations.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO.