Lutte contre le terrorisme : pour un renforcement des mesures de sûreté !

En commission des lois, dans le cadre de l’examen du texte visant à renforcer les mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes, Marie-France LORHO a souhaité encourager la fréquence des visites des anciens détenus auprès des autorités détentrices de l’ordre public.

Il n’y a aucune raison valable de limiter la fréquence de présentation de l’ancien détenu reconnu dangereux à l’issu de sa peine auprès des autorités compétentes. Si ces autorités considèrent qu’il est nécessaire, dans le cadre de tel ou tel dossier, que la personne se présente à eux tous les jours, alors il est nécessaire de procéder à ce « pointage » tous les jours ! “, a souligné le député de Vaucluse.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

https://youtu.be/vbuMO5o1bLk

Loi justice : un texte déraciné et technocratique !

Marie-France Lorho a pris la parole sur le texte visant à réformer notre système judiciaire. “Je m’oppose à ce que nos juridictions ne deviennent que des chambres d’enregistrement au service de l’exécution des décrets gouvernementaux ; je m’oppose à ce que le déracinement des instances judiciaires ne devienne une entrave à l’exécution de l’activité judiciaire ; je m’oppose, en somme, à ce texte qui, loin de moderniser notre système judiciaire, l’enfonce dans les méandres d’un carcan technocratique à mille lieues des attentes des Français”, a-t-elle souligné en commission des lois.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

Éducation : le gouvernement s’insinue dans la vie des familles !

En Commission des lois, Marie-France Lorho est revenue sur le texte visant à lutter contre les violences éducatives ordinaires. “Jusqu’où le parlement ira-t-il s’immiscer dans la vie des Français ? Plus encore que ses prédécesseurs socialistes, cette majorité, qui se targue d’émaner de la société civile, s’invite dans les foyers pour y dicter un ordre moral qu’elle n’a aucune autorité à donner”, a-t-elle souligné. “Vous insinuez les pouvoirs publics dans cette société domestique qu’est la famille, où l’Etat n’a pas le pouvoir de s’immiscer.  Ce jugement donné quant à la définition de l’attribut d’autorité familial est condescendant et démagogique”, a-t-elle conclu.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho.

Affaire Benalla : j’interroge le général Bio-Farina !

En Commission des lois, Marie-France LORHO a interrogé le général Bio-Farina : “Vous êtes général de gendarmerie, un corps connu comme très hostile aux barbouzes et aux dérives de barbouze dans d’autres corps. Comment avez-vous appris la désignation de monsieur Benalla, l’avez-vous accepté sans restriction ?“, lui a t-elle demandé.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

Étrangers incarcérés : j’interroge le contrôleur général des lieux de privation de liberté !

Marie-France Lorho a interrogé Mme Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de liberté. “Concernant les étrangers incarcérés, vous écrivez : « Renforcer les possibilités effectives de pratiquer la langue maternelle (affectation en fonction de la langue parlée, accès à des supports en langue maternelle…) et admettre des pratiques conformes aux usages des pays d’origine pour les détenus étrangers, dès lors qu’elles sont compatibles avec le bon ordre et la sécurité des établissements. » C’est certainement une déformation mais j’aimerais que vous explicitiez ce que sont des « des pratiques conformes aux usages du pays d’origine » ?” , a demandé le député de Vaucluse.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho en commission des lois.

Protection des données personnelles : quels dispositifs pour une efficacité réelle ?

Marie-France Lorho est intervenue en commission des lois sur la protection des données personnelles. “Nous sommes toujours au sein d’un débat important : sur la place des algorithmes dans les administrations, sur l’âge du consentement au traitement des données, et c’est essentiel. Pensez-vous cependant qu’avec l’apport des deux chambres, des dispositifs permettant cette mise en place effective seront efficacement instaurés ?”, a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho.

Fonction publique : réformons la place des hauts fonctionnaires !

Marie-France Lorho interrogeait M. Olivier DUSSOPT, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.Il existe une partie de la fonction publique où une telle réforme intéresserait particulièrement les Français, c’est celle des hauts fonctionnaires. Sans verser dans une critique catégorique, il apparaitrait naturel que les exigences des parlementaires s’adressent prioritairement à ceux qui, grâce à leurs études et à leurs fonctions, sont dans un rôle de responsabilité”, a-t-elle souligné.

Retrouvez l’intervention de Marie-France LORHO.

 

Manque de places de prison : un problème d’application de la loi ?

Marie-France LORHO est intervenue en commission des lois sur la question des places de prison. « Le manque de places de prison explique parfois des situations de non application de la loi : courrons-nous le risque de cet écueil ? », a-t-elle demandé.

Refaire la démocratie : Marie-France LORHO interroge Michel Winock et Claude Bartolone

Marie-France Lorho est intervenue en commission des lois sur le rapport “Refaire la démocratie”, que présentaient MM. Claude Bartolone et Michel Winock, sur le rapport “refaire la démocratie”. “Au jour où la proximité est un axe fondamental de développement du politique, que pensez-vous des effets de la loi sur le non cumul des mandats ?”, a-t-elle demandé.

25 000 peines de prison prononcées annuellement ne sont pas exécutées !

Marie-France Lorho a interrogé M. Stéphane Bredin, directeur de l’administration pénitentiaire. “Au Pontet, dans mon département de Vaucluse, la densité carcérale est supérieure à 150 % des capacités de l’établissement. On compte moins de 60 000 places de prison dans notre pays, on entend souvent le chiffre de 25 000 peines de prison prononcées annuellement qui ne sont pas exécutées”.

Retrouvez l’intervention de Marie-France Lorho en Commission des lois :

Retrouvez la “réponse” de Monsieur Bredin :