Négociation entre la caisse centrale de la mutualité sociale agricole et l’État : j’interroge le ministre de l’Agriculture

Mme Marie-France Lorho a attiré l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation à propos de la négociation de la convention d’objectifs et de gestion (COG) 2021-2025 entre la caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA) et l’État. 

Les crises sociales et sanitaires des deux dernières années ont démontré l’importance de services de proximité sur l’ensemble des territoires ruraux“, a souligné le député de Vaucluse. Le député a demandé à connaître les orientations du Gouvernement pour la future COG 2021-2025, savoir si cet impératif territorial sera bien pris en compte et selon quelles modalités il le sera.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lohro.

 

Loi de finances 2020 : pourquoi j’ai voté non !

Le Vaucluse, à l’image de la France, est un territoire agricole. L’état de notre agriculture doit d’autant plus être la priorité du gouvernement qu’il se dégrade au fil des années. Depuis longtemps nos agriculteurs vivent dans une situation intenable. Ils sont pourtant garants de notre besoin le plus primaire : l’alimentation.

Consciente de cette réalité des plus concrètes et de la situation difficile de nos agriculteurs depuis bien longtemps, j’ai déposé plusieurs amendements[1] visant à, par le biais de la Loi de finances pour 2020, améliorer cette situation intenable.

Le gouvernement considère de son côté que « les chambres d’agriculture doivent participer à l’effort de réduction des dépenses publiques », comme nous l’a signifié Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et justifie ainsi la réduction du budget pour les chambres d’agricultures à hauteur de 1,8 millions d’euros pour la seule région PACA. Les modestes efforts consentis pendant les débats sont insuffisants.

Les agriculteurs font partie de ces catégories, comme les retraités, les infirmières et le personnel médical, qui son méprisés et à qui l’on demande de faire toujours plus d’efforts. Cela n’est pas acceptable et c’est pourtant ce qui transparait dans le projet de loi de finance pour 2020, en l’état actuel de sa rédaction. C’est pourquoi je me suis opposée à ce texte lors du vote ayant eu lieu le 22 octobre 2019 à l’Assemblée nationale.


[1] http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1684

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1687
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1689
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1693
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1680
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2272A/AN/1686