Péages urbains : des dispositifs coûteux pour les communes et les contribuables !

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des transports sur l’installation des péages urbains proposée dans la dernière version de l’avant-projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). « Faire peser sur les communes le poids de cette mesure, alors que ce sera à l’État d’évaluer les plafonds de tarifs à l’entrée, est contestable. Enfin, les propositions des plafonds maximum de tarifs d’entrée risquent d’engendrer des conséquences indésirables pour la préservation de la voirie nationale, dont l’état laisse à désirer. Imposer aux camions un péage à hauteur de 20 euros revient à risquer que ce type de véhicules n’utilise plus les flux de passages citadins mais empruntent des routes secondaires qui en seront fragilisées », a-t-elle souligné.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

L’État joue-t-il un rôle dans la nomination des présidents-directeurs généraux ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de l’économie et des finances au sujet du rôle de l’État dans la nomination des présidents-directeurs généraux. « Alors que récemment un grand groupe de l’aviation française changeait radicalement de position quant à la nomination de son futur directeur général, le rôle du Gouvernement français dans la nomination des présidents du conseil d’administration d’entreprises privées dont l’État détient des parts, interpelle », a-t-elle souligné.

« Bercy mène-t-il une politique de blocage des nominations qui ne lui siéraient pas ? L’ex-futur PDG d’un groupe français mentionnait ainsi des interventions extérieures visant à bloquer le processus de nomination, qui s’était pourtant arrêté sur sa personne », a-t-elle ajouté.

Retrouvez la question écrite de Marie-France Lorho.

Presstalis : un désastre programmé!

Marie-France Lorho a interrogé le ministre des finances sur le plan présenté par Presstalis, principal diffuseur de presse, a récemment fait l’objet. « L’ensemble des clients du distributeur subit un gel de 25 % du produit des ventes de leurs magazines et journaux sur les mois de décembre 2017 et janvier 2018″, a-t-elle demandé avant de s’interroger sur les potentielles possibilités de rétablissement de l’organisme.

Retrouvez la question écrite de Marie-France LORHO.