Langues régionales : pour la préservation des langues de nos terroirs !

Le sujet revient sur le devant de la scène législature après législature : la préservation comme la promotion des langues régionales n’est pas du goût des gouvernements qui nous dirigent. Quinquennat après quinquennat, la défense de ce qui fait la spécificité et l’originalité de nos terroirs attisent de houleux débats, sur la nécessité de protéger un patrimoine immatériel dont il faudrait démontrer l’utilité immédiate. 

En Vaucluse, l’Occitan et son dialecte, le Provençal, est par-delà l’utilité : il est un héritage du passé, une manifestation de cette histoire d’un territoire tant affectionné. Il est un trésor de notre patrimoine, qu’il faut s’enhardir à sauvegarder à une heure où tant de menaces planent au-dessus de sa tête. Comme l’indiquait le député de la 4ème circonscription de Vaucluse dans l’un de ses amendements, « le travail particulièrement rigoureux de nos prédécesseurs pour préserver et enseigner ce dialecte, notamment l’important travail de classification mené par Frédéric Mistral, mérite d’être perpétué. »

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à examiner, ce matin du 8 avril prochain, la proposition de loi visant à promouvoir et sauvegarder les langues régionales, il convient de rappeler l’urgence de le préserver. A la suite des différents examens à la Chambre, le texte a été considérablement amenuisé, réduisant son ambition première ; pour autant, la dernière mouture du texte encourage l’enseignement de nos vocables locaux et doit, en ce sens, être soutenue ! C’est la raison pour laquelle Marie-France Lorho votera pour l’adoption de ce texte en Séance.