Engagement dans la vie locale : Marie-France Lorho au service de nos élus locaux !

A l’occasion du débat, en commission des lois, sur le texte relatif à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique, Marie-France Lorho a déposé des amendements visant à défendre l’action de nos élus locaux sur leur territoire.

Le 6 novembre, elle intervenait ainsi en commission pour défendre la possibilité des maires à choisir quel conseiller municipal sera le plus à même de représenter la collectivité à l’occasion des commissions de travail mises en place par les EPCI. « L’instauration d’une telle personnalité représentative de la ville constitue une mesure cohérente dans la volonté de créer une véritable subsidiarité au sein de notre territoire, et non un simple phénomène de décentralisation superflue », expliquait-elle alors.

Le député de la IVème circonscription de Vaucluse a également tenu à défendre la représentativité des communes rurales au sein des conseils communautaires. En cet amendement, le député aspirait à la suppression de la règle selon laquelle la part de sièges attribuée à chaque commune ne peut s’écarter de plus de 20 % de la proportion de sa population dans la population globale des communes membres. Pour le député, il en va là de la légitimité que nous voulons donner à nos communes rurales, trop souvent méprisées ou oubliées du fait de leur taille modeste.

Défense de la capacité, pour les élus, de s’exprimer hors des appareils partisans ; possibilité, pour les communes d’estimer le conseil municipal comme complet à partir d’un seuil adapté à la taille des communes ; délégation réciproque des compétences entre EPCI et collectivités territoriales / communes,… Telles sont les pistes de réflexion que Marie-France Lorho a proposé d’explorer à l’occasion de la commission des lois. Parce que les élus locaux sont les garants du rayonnement de nos terroirs, le député de Vaucluse s’efforcera de défendre toutes les dispositions visant à légitimer leur politique enracinée, au service des Français.