Diagnostic préimplantatoire : vers un « bébé qualité » ?

Marie-France Lorho a interrogé le ministre de la Santé sur l’expansion des diagnostics préimplantatoires, qui s’adressent aux couples bénéficiant d’une fécondation in vitro (FIV). Ils permettent de distinguer la présence d’un handicap dans l’embryon et ainsi de ne pas l’implanter dans l’utérus s’il comporte des traces de handicap.

« En Chine, les tests génétiques sur les embryons s’accroissent de manière inquiétante ; de plus en plus, le recours au diagnostic préimplantatoire sur les embryons se tournent vers la détection des handicaps », a fait remarquer le député au Ministre.

Retrouvez la lettre ouverte de Marie-France LORHO à Agnès BUZYN.