Réaction de Marie-France Lorho à l’interdiction de sa réunion publique par le maire de Mornas

Hier, le 27 mars 2018, Monsieur Denis Dussargues, maire mélenchoniste de Mornas appelait mon secrétariat en circonscription pour m’informer qu’il annulait la mise à disposition de la salle des Fêtes dans laquelle je devais tenir une réunion publique ce vendredi 30 mars.
Par téléphone, le grief du maire est simple : cette réunion publique revêtirait un caractère politique…  Sans doute découvre-t-il aujourd’hui que Jacques Bompard et moi-même avons réuni les suffrages de 53,34% des inscrits le 18 juin 2017 sur la commune de Mornas… Découvre-t-il également qu’un député fait de la politique ?
Bien évidemment en tant que député, je tenais à m’entretenir avec les Mornassiens des enjeux politiques qui frappent notre pays : Invasion migratoire, Terrorisme islamiste, explosion de la fiscalité, destruction de l’emploi, de notre agriculture, de notre armée et de notre système de soin (dont Mornas est victime depuis de nombreuses années) et des solutions que la Ligue du Sud souhaite apporter ou que je propose dans le cadre des travaux parlementaires.

Pourtant, à l’inverse des mélenchonistes de Mornas, nous ne sommes pas sectaires.

La preuve : lorsque Monsieur Dussargues a sollicité une subvention parlementaire de 10 000€ auprès de Jacques Bompard au cours de la précédente mandature pour l’installation de caméras de vidéosurveillance sur sa commune, mon prédécesseur l’a acceptée.

Je rappellerai que Denis Dussargues est un récidiviste dans l’art d’empêcher ceux qui ne sont pas de son bord politique de tenir une réunion publique sur la commune : Marie-Claude Bompard et Xavier Fruleux en ont fait les frais lors de la campagne des élections départementales de 2015. Depuis le mois de janvier mon collaborateur en circonscription avait du très longuement échanger avec la commune de Mornas pour me permettre d’obtenir une salle le vendredi 30 mars… Du reste, le Vaucluse Matin de ce jour nous informe que l’opposition municipale n’est plus informée des dates des commissions municipales car elle voterait « toujours contre les projets » … En voilà un vrai démocrate !
Enfin, le maire de Mornas a été particulièrement inquiet de la distribution d’un tract de 4 pages par le collectif « Mornas Espoir » décriant la politique de destruction des communes à laquelle il participe au sein de la communauté de communes de Bollène. Document qui faisait état, en dernière page, de l’invitation à ma réunion publique qui se clôturerait par un apéritif-saucisson pinard. Apéritif qui constituerait pour lui, une provocation stigmatisante…  Je reproduis in extenso (aléas grammaticaux et syntaxiques inclus) le courriel du maire :
« Tel que j’en ai informé vos services, à la lecture d’un tract distribué sous couvert d’un collectif « Mornas espoir », que la mise à disposition de la salle des fêtes que vous aviez demandée était destinée à un apéritif « saucisson – pinard « et non pour une réunion publique.
Aussi, au-delà du manque total de courtoisie et des contre-vérités dont il est fait preuve dans ce tract, et au regard du caractère discriminant et stigmatisant de la réunion que vous souhaitez organisé dans la salle des fêtes, à des fins détournées d’une réunion publique, je vous confirme donc par mail, et avec l’accord majoritaire de mon équipe municipale, que j’annule la mise à disposition à titre gratuit de la salle que je vous avais consentie le 19 \02\2018.
Mes services ont donc reçu consigne de ne pas vous délivrer les clés de la salle des fêtes pour le 30\03\2018. »
 
Tout d’abord, je tiens à remercier les membres du collectif « Mornas Espoir » qui m’ont fait l’amitié d’intégrer dans leur 4 pages un espace pour annoncer ma réunion publique. Je les remercie également d’avoir distribué ce document dans l’intégralité des boîtes aux lettres de Mornas.
J’avais, pour ma part, fait parvenir plus de 600 invitations à cette réunion.

Cependant, en ce vendredi Saint, respectueux des traditions chrétiennes de la France, le collectif « Mornas Espoir » m’informait avoir prévu des plats de substitution à base de poisson.

Mais, lorsqu’il parle de discrimination, ce n’est bien évidemment pas des catholiques dont Monsieur Dussargues souhaite s’attirer la sympathie. Si tant est qu’inviter à partager autour d’une table les victuailles traditionnelles françaises constituent un acte d’agression majeur pour Denis Dussargues et ses amis…
Je rappelle cependant pour mémoire que lors de la campagne des législatives de l’année passée, à l’issue de chaque réunion publique que nous avons tenu avec Jacques Bompard, un apéro saucisson-pinard était offert aux invités. Vaison-la-Romaine, Valréas, Beaumes de Venise, Bollène et Orange, dans aucune de ces communes il n’y a eu de ni troubles ni exclusion de quiconque. Pourquoi en serait-il autrement à Mornas ? Sauf si pour Denis Dussargues et « l’accord majoritaire (mais manifestement pas unanime) de son équipe municipale » charcuterie et vins n’ont plus droit de Cité dans la belle ville de Mornas.
En conclusion, je prends acte de la décision du Maire et de la majorité de son équipe municipale d’empêcher le Parlementaire que je suis de rendre compte aux Mornassiens et habitants des commues alentours de mon activité au service de la France et des Français.
J’ai d’ores et déjà transmis l’intégralité de cette affaire à mon avocat et ne manquerai pas de lui donner une suite contentieuse.
Ultimement, et pour tenir ma parole d’élue au service de mon Peuple, je serai vendredi 30 mars devant la salle des Fêtes de Mornas pour rencontrer tous ceux qui le souhaitent.
 
 
Marie-France LORHO
Député Ligue du Sud de Vaucluse