Étouffer les retraités : la solidarité intergénérationnelle selon Macron !

Suppression de la demi-part des veuves ; imposition de la majoration de 10% des pensions familles nombreuses ; contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie ; gel des pensions complémentaires… Le quinquennat Hollande avait largement mis les retraités à contribution. En digne héritier du gouvernement socialiste, la gauche Macron fait planer sur les portefeuilles des personnes âgées une ombre menaçante. Appliquée depuis le 1er janvier, la hausse de la CSG de 1.7% étouffe les retraités dont la pension atteint la somme mirobolante de … 1289 euros ! Une somme rondelette, si l’on en croit le gouvernement, qui évoque le cas de retraités « aisés ». Voire d’une « génération dorée », selon Eric Alauzet, député LREM du Doubs.

A grands renforts de démagogie, certains parlementaires n’hésitent pas à auto-congratuler leur politique. « Il faut rester solide et expliquer que seulement 20 % des retraités seront concernés in fine », explique doctement Aurore Bergé, député LREM. L’argument tient du leurre grossier : la compensation supposée par la suppression de la taxe d’habitation ou la hausse du minimum vieillesse ne constitue qu’une maigre consolation… A l’inverse, actifs et fonctionnaires bénéficient d’une véritable compensation ! Avec la hausse de la CSG, le gouvernement condamne aussi les couples de retraités : le seuil de hausse étant calculé suivant « le foyer fiscal des retraités, un couple dont l’un des conjoins dépasse les 1289 € alors que l’autre reste nettement en deçà verra la plus petite des deux retraites amputées proportionnellement », explique-t-on dans les colonnes du Monde.

Pour Emmanuel Macron et ses lieutenants, la solidarité intergénérationnelle tant brandie en étendard durant la campagne de la présidentielle s’est transformée en véritable rapt : un récent rapport de Bercy indique que la hausse de la CSG, conjointe à la baisse de la taxe d’habitation fera 56% de « perdants » parmi les seniors. Comptant près de 16 millions d’inscrits sur les 46 millions de Français que comptent les fichiers électoraux, il est à espérer que la catégorie des personnes âgées sanctionnera sévèrement un exécutif qui étouffe les retraités !